• Statistiques
  • L'Institut
  • Enquêtes
    Tous les communiqués

    Après un fort ralentissement en début de pandémie, la croissance de la population du Québec a rebondi en 2021, et plus encore en 2022

    Québec, le 15 décembre 2022. – Au 1er juillet 2022, la population du Québec est estimée à 8,7 millions de personnes. La croissance de la population québécoise, établie à 58 600 habitants en 2021, a connu une reprise, après avoir été freinée par la pandémie de COVID-19. Le retour à des gains migratoires internationaux plus importants a joué un rôle déterminant dans cette reprise. Ces gains se sont d’ailleurs accentués depuis le début de 2022, si bien que la croissance démographique des six premiers mois de l’année rejoint les niveaux observés avant la pandémie, et les dépasse même légèrement.

    Parallèlement, les décès ont été moins nombreux en 2021 qu’en 2020, tandis que les naissances ont augmenté. L’inverse s’observe toutefois dans les premières données de 2022, qui indiquent que les décès sont en hausse et les naissances, en baisse. Ces résultats sont tirés de l’édition 2022 du Bilan démographique du Québec, publié aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec.

    Accroissement démographique par semestre, Québec, 2018-2022

    2018 : +97 200; 2019 : +112 100; 2020 : +19 100; 2021 : +58 600

    Note
    Le premier semestre (S1) couvre les mois de janvier à juin, et le deuxième (S2), les mois de juillet à décembre.

    Source
    Statistique Canada, Estimations démographiques (septembre 2022). Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Population : les 65 ans et plus dépassent les moins de 20 ans

    Le nombre de personnes de 65 ans et plus surpasse pour la première fois le nombre de jeunes de moins de 20 ans. Au 1er juillet 2022, le cinquième de la population québécoise (20,6 %) avait moins de 20 ans et un autre cinquième (20,8 %) faisait partie du groupe des 65 ans et plus.

    Voir les faits saillants sur l’évolution de la population

    Migrations : en hausse en 2021, et encore davantage en 2022

    En 2021, l’ensemble des échanges migratoires avec l’extérieur du Québec (internationaux et interprovinciaux) ont engendré un gain total de 43 600 personnes, comparativement à seulement 11 700 personnes en 2020 :

    • Le Québec a accueilli 50 300 immigrants permanents en 2021, comparativement à 25 200 en 2020, et l’augmentation de leur nombre se poursuit depuis le début de 2022.
    • Le nombre de résidents non permanents (travailleurs temporaires, étudiants étrangers et demandeurs d’asile) n’a augmenté que d’environ 1 300 au cours de l’année 2021. De 2016 à 2019, leur solde s’était accru fortement, jusqu’à devenir en 2019 la principale source d’accroissement migratoire. Au deuxième trimestre de 2022, la hausse des résidents non permanents reprend son rythme prépandémique, atteignant même un solde record pour un seul trimestre (+ 25 800 personnes).
    • Les pertes migratoires interprovinciales se situent à 2 200 personnes en 2021, soit parmi les plus faibles jamais enregistrées. Les données du premier semestre de 2022 indiquent qu’il y aurait eu autant de résidents du Québec partis s’établir dans une autre province que l’inverse, une situation rarement observée auparavant.
    • L’émigration nette, soit la différence entre le nombre de personnes qui ont quitté le pays et le nombre de personnes de retour d’un séjour à l’étranger, est estimée à une perte de 5 800 personnes en 2021.

    Voir les faits saillants sur les migrations externes

    Naissances : retour au niveau prépandémique, mais tendance à la baisse en 2022

    Un total de 84 900 naissances a été enregistré au Québec en 2021. Ce nombre a augmenté de près de 4 % par rapport à 2020 (82 000) pour revenir au niveau observé en 2019 (84 300).

    Le début de la pandémie de COVID-19 pourrait avoir entraîné une diminution des conceptions et être à l’origine de la baisse des naissances observée dans les derniers mois de 2020 et au début de 2021. L’effet de la crise sanitaire aurait toutefois été de courte durée, puisqu’on observe un rattrapage des naissances dès mars 2021, soit neuf mois après la fin de la première vague. Les premières données de 2022 indiquent cependant que la reprise ne se serait pas poursuivie. Elles laissent même entrevoir un nombre de naissances qui pourrait être inférieur à celui de 2020.

    L’indice synthétique de fécondité a augmenté en 2021 pour atteindre 1,58 enfant par femme, après être descendu à 1,52 en 2020. Il s’agit d’un niveau comparable à celui de 2019 (1,57) et de 2018 (1,59).

    Voir les faits saillants sur les naissances et la fécondité

    Décès : après une embellie en 2021, la surmortalité revient en 2022

    L’estimation provisoire du nombre de décès de 2021 s’établit à 69 900. Ce nombre représente une baisse par rapport à celui exceptionnellement élevé de 2020 (74 550 décès), et ce même si un nombre non négligeable de décès liés à la COVID-19 a été rapporté en 2021.

    Pour la période allant de mars 2020 à la mi-septembre 2022, on estime que la surmortalité, soit l’écart entre les nombres de décès observés et ceux attendus en temps normal, a été de 4,4 % au Québec. Après avoir été assez forte en 2020, et globalement nulle en 2021, la surmortalité a connu une hausse en 2022, notamment lors de la vague Omicron de janvier. Le Québec fait néanmoins partie des endroits où les décès ont le plus faiblement augmenté depuis le début de la pandémie. Le bilan de surmortalité des États-Unis est au contraire l’un des plus lourds des pays de l’OCDE. Celui du reste du Canada, initialement inférieur à celui du Québec, s’en est progressivement rapproché et l’a surpassé en 2021.

    L’espérance de vie au Québec, qui avait connu une baisse notable en 2020, est revenue à son niveau d’avant la pandémie et atteint 84,9 ans chez les femmes et 81,1 ans chez les hommes en 2021. Contrairement à ce qui s’observe au Québec, l’espérance de vie de 2021 n’est pas revenue au niveau de 2019 dans la majorité des pays pour lesquels des données sont disponibles.

    Voir les faits saillants sur les décès et la mortalité

    Mariages : plus nombreux en 2021 qu’en 2020, mais encore beaucoup moins qu’avant la pandémie

    Le nombre de mariages célébrés au Québec en 2021 est estimé à 14 700. Il s’agit d’une hausse de 30 % comparativement à 2020 (11 300), année marquée par une chute sans précédent des mariages (– 49 %) associée à la crise sanitaire. Malgré la remontée de 2021, les mariages ont été nettement moins nombreux qu’avant la pandémie (entre 22 000 et 23 500 annuellement depuis une quinzaine d’années). Les nombres semblent toutefois revenir à des niveaux prépandémiques à partir des derniers mois de 2021.

    Seulement 18 % des hommes et 20 % de femmes se marieraient au moins une fois avant leur 50e anniversaire selon les niveaux de nuptialité de 2021. En comparaison, ces taux étaient respectivement de 26 % et de 30 % en 2019.

    Voir les faits saillants sur les mariages et les divorces

     

    Diffusion prochaine des données régionales

    Les données sur la migration entre les régions et les données sur la population à l’échelle des régions administratives, des MRC et des municipalités seront diffusées le 11 janvier 2023. Les données couvriront la période du 1er juillet 2021 au 1er juillet 2022.

    Abonnez-vous aux communiqués de presse et avis de diffusion de l’Institut de la statistique du Québec pour recevoir des notifications lors de la publication de nouveaux contenus.

     


    L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

    Relations avec les médias
    Centre d'information et de documentation

    Tél. : 418 691-2401
    ou 1 800 463-4090 (sans frais d'appel au Canada et aux États-Unis)
    Courriel : cid@stat.gouv.qc.ca