Retour au document

    Naissances et fécondité

    Faits saillants tirés du Bilan démographique du Québec. Édition 2024

    Diffusion :  8 mai 2024

    On estime que 77 950 bébés sont nés au Québec en 2023, soit une baisse d’un peu plus de 3 % par rapport à 2022 (80 700). Depuis 2013, le nombre de naissances montre une tendance générale à la baisse. La diminu­tion enregistrée en 2023 porte les naissances à leur plus bas niveau depuis 2005.

    Nombre de naissances, Québec, 1950-2023

    Graphique montrant l'évolution du nombre de naissances depuis 1950

    Source
    Institut de la statistique du Québec.

    L’une des plus faibles fécondités de l’histoire du Québec

    L’indice synthétique de fécondité a diminué de nou­veau pour s’établir à 1,38 enfant par femme en 2023, soit l’une des plus faibles fécondités de l’histoire du Québec. L’indice se maintient tout juste au-dessus du creux de 1,36 enregistré en 1987. Au cours des années récentes, un maximum de 1,73 enfant par femme a été atteint en 2008 et en 2009. Depuis, la tendance est à la baisse.

    Une fécondité parmi les plus faibles jamais enregistrées au Québec, mais supérieure à celle de la majorité des autres provinces

    La baisse de la fécondité n’est pas unique au Québec. Elle s’observe également au Canada et dans plusieurs autres pays développés. À l’échelle canadienne, la fécondité du Québec est supérieure à celle de la majorité des autres provinces.

    L’âge moyen de la maternité continue à augmenter

    La tendance des femmes à avoir leurs enfants plus tardivement se traduit par une élévation de l’âge moyen à la maternité. Celui-ci se situe à 31,3 ans en 2023, comparativement à 27,3 ans en 1976. En 2023, l’âge moyen des mères à la naissance d’un premier enfant est de 29,9 ans. Il est de 31,7 ans à la naissance d’un deuxième enfant et de 33,0 ans à la naissance d’un troisième.

    Et la paternité dans tout ça?

    La fécondité masculine suit une évolution semblable à celle des femmes, mais se situe à un niveau infé­rieur. Le nombre d’enfants par homme a ainsi chuté de manière importante en 2023, pour s’établir à 1,28. Quant à l’âge moyen à la paternité, il est de 34,0 ans en 2023, soit d’environ 3 ans de plus que l’âge moyen à la maternité.

    Âge moyen à la paternité et à la maternité, Québec, 1976-2023

    Graphique montrant l'évoluation de l'âge à la naissance du premier enfant depuis 1976

    Source
    Institut de la statistique du Québec.

    Un peu plus du tiers des bébés ont au moins un parent né à l’étranger

    Le nombre de nouveau-nés ayant au moins un parent né à l’extérieur du Canada a augmenté en 2023, tandis que le nombre de naissances issues de deux parents nés au Canada a diminué. Dans l’ensemble, 37 % des bébés nés au Québec dans la dernière année ont au moins un parent né dans un autre pays. Cette pro­portion tend à augmenter au fil du temps ; elle était de 33 % en 2019 et de 21 % en 2000.

    Naissances multiples

    Les naissances multiples (jumeaux, triplés, etc.) comptent pour 3 % de l’ensemble des naissances de 2023. Leur part était d’un peu moins de 2 % en 1980. Le recours accru à des techniques de procréation assistée de même que l’augmentation de l’âge à la maternité sont les raisons avancées pour expliquer cette hausse. La part des naissances multiples a toutefois peu bougé au cours des dernières années.

    Un peu plus de garçons que de filles

    Parmi les bébés nés au Québec en 2023, 40 100 sont des garçons et 37 900 des filles. Le rapport de masculinité, c’est-à-dire le rapport entre les naissances masculines et les naissances féminines, est de 105,9 et correspond à peu près au niveau attendu, puisqu’il naît naturellement environ 105 enfants de sexe masculin pour 100 de sexe féminin.

    Les parents de la majorité des nouveau-nés vivent en union libre

    En 2021, 59 % des bébés sont nés de mères en union libre, 34 %, de mères mariées, et 7 %, de mères ne vivant pas en couple. L’union libre a grandement gagné en popularité au Québec au cours des der­nières décennies, alors qu’avant les années 1970, la quasi-totalité des naissances étaient issues de parents mariés. La popularité de l’union libre au Québec se traduit par une part des naissances hors mariage plus importante que celle observée dans plusieurs pays occidentaux.

    Part des naissances hors mariage, Québec et pays sélectionnés, 2021

    Source
    Institut de la statistique du Québec.
    National Center for Health Statistics, National Vital Statistics System.
    BETA (abs.gov.au).
    Statistics Eurostat.

     

    Évaluation de page
    L'information sur cette page vous a-t-elle été utile?