• Statistiques
  • L'Institut
  • Enquêtes
    Retour au document

    Revenu et faible revenu des particuliers en 2020 : répercussions de la première année de la pandémie de COVID-19

    Diffusion : 20 décembre 2022

    Au cours de l’année 2020, les gouvernements provincial et fédéral ont mis en place un certain de nombre de mesures restrictives liées à la pandémie qui ont entraîné des répercussions sur l’économie québécoise. Ainsi, cette année a été marquée par des changements importants sur le plan économique pour la plupart des particuliers.

    Première baisse du revenu avant transferts et impôt depuis 1996, mais hausse exceptionnelle du revenu après impôt en 2020

    Après des augmentations constantes de 1996 à 2019, on observe une baisse significative du revenu médian avant transferts et impôt (aussi appelé revenu du marché) et une hausse d'une ampleur inhabituelle du revenu médian après impôt en 2020.

    Revenu médian des particuliers de 16 ans et plus, selon le type de revenu, Québec, 1996 à 2020

    Revenu médian des particuliers de 16 ans ou plus1, selon le type de revenu, Québec, 1996 à 2020

    Note
    Les revenus pour les années antérieures à 2020 ont été convertis en dollars constants de 2020 au moyen de l’indice des prix à la consommation d’ensemble pour le Québec.

    Sources
    Statistique Canada, Enquête sur les finances des consommateurs (1996-1997), Enquête sur la dynamique du travail et du revenu (1996-2011, données révisées entre 2006 et 2011 pour faciliter les comparaisons avec la période débutant en 2012) et Enquête canadienne sur le revenu (2012-2020), fichiers maîtres. Adapté par l'Institut de la statistique du Québec.

    Les différents types de revenu

    Les résultats présentés portent sur le revenu individuel de l’ensemble des particuliers de 16 ans et plus au Québec, y compris ceux qui n’ont pas de revenu.

    Revenu médian : Valeur de revenu pour laquelle la moitié des particuliers a un revenu inférieur ou égal.

    Revenu avant transferts et impôt : Somme des revenus suivants :

    • les revenus de travail (comprennent les salaires et traitements avant déductions et les revenus de travail autonome);
    • les revenus de placements;
    • les pensions de retraite privées (rentes de REER comprises);
    • les pensions alimentaires reçues;
    • les autres revenus de sources privées.

    Dans les tableaux détaillés disponibles sur le site de l’ISQ, ce type de revenu est appelé revenu du marché.

    Revenu après impôt : Somme des revenus provenant du marché (avant transferts et impôt) et des transferts gouvernementaux, imposables et non imposables, desquels on soustrait l’impôt fédéral et provincial. Les revenus de transferts sont ceux issus :

    • du Régime de pension du Canada (RPC) ou du Régime de rentes du Québec (RRQ);
    • des prestations de la Sécurité de la vieillesse ou du Supplément de revenu garanti;
    • des prestations de l’Assistance sociale ou de l’Assurance-emploi;
    • de tous les autres transferts gouvernementaux.

    Pour plus d’information, consulter la page Revenu – Définitions et informations utiles.

    Baisse du revenu avant transferts et impôt et hausse du revenu après impôt entre 2019 et 2020

    Particuliers de 16 ans et plus: Baisse du revenu avant transferts et impôt de 9,0% ou 2600$ et hausse du revenu après impôts de 6,6% ou 2200$

    La baisse des revenus avant transferts et impôt observée pour certains groupes de population est notamment due à la contraction de l’activité économique durant la première année de la pandémie de COVID-19, tandis que la hausse des revenus après impôt est attribuable, entre autres choses, à l’augmentation des transferts gouvernementaux, notamment des prestations d’urgence et de relance économique.

    Revenu médian des particuliers de 16 ans et plus, selon le type de revenu et le sexe, Québec, 2019 et 2020

      Revenu avant transferts et impôt Revenu après impôt
      2019 2020 Variations 2019 2020 Variations
      $ (2020) $ % $ (2020) $ %
    Ensemble des particuliers de 16 ans et plus 28 559 26 000 – 2 559 – 9,0 32 927 35 111 2 184 6,6
    Hommes 35 392 33 204 – 2 188 – 6,2 36 898 38 376 1 478 4,0
    Femmes 22 455 19 864 – 2 591 – 11,5 29 395 31 873 2 478 8,4
    † Exprime une différence significative entre les revenus des années 2019 et 2020, au seuil de 0,05.
    Sources
    Statistique Canada, Enquête sur les finances des consommateurs (1996-1997), Enquête sur la dynamique du travail et du revenu (1996-2011, données révisées entre 2006 et 2011 pour faciliter les comparaisons avec la période débutant en 2012) et Enquête canadienne sur le revenu (2012-2020), fichiers maîtres. Adapté par l'Institut de la statistique du Québec.

    Variations selon le sexe : diminution du revenu avant transferts et impôt chez les femmes

    Le revenu avant transferts et impôt affiche une baisse de 12 % chez les femmes (– 2 600 $) entre 2019 et 2020. La diminution observée chez les hommes n’est pas significative sur le plan statistique.

    Pour ce qui est du revenu après impôt, on note une augmentation chez les femmes (+ 2 500 $; + 8,4 %) et chez les hommes (+ 1 500 $; + 4,0 %).

    Variations selon l’âge : hausse du revenu après impôt plus importante chez les moins de 25 ans en 2020

    La diminution constatée pour l’ensemble des particuliers en 2020 est attribuable à la baisse du revenu avant transferts et impôt des 25-44 ans (– 2 500 $; – 5,7 %). Les variations relevées pour les autres groupes d’âge ne sont pas significatives sur le plan statistique.

    Pour ce qui est du revenu après impôt, l’ampleur de la hausse varie selon l’âge :

    • Moins de 25 ans : + 4 900 $ (+ 36 %)
    • 25-44 ans : variation non significative sur le plan statistique
    • 45-64 ans : + 1 800 $ (+ 4,8 %)
    • 65 ans et plus : + 2 400 $ (+ 9,3 %)

    On ne détecte pas de variation significative du revenu avant transferts et impôt chez les particuliers de moins de 25 ans. Cependant, le revenu après impôt de ceux-ci a augmenté de façon plus marquée que celui des autres groupes d’âge. Les particuliers de 25 à 44 ans sont le seul groupe dont le revenu après impôt ne présente pas de variation statistiquement significative.

    Revenu médian avant transferts et impôt des particuliers de 16 ans ou plus, selon le groupe d’âge, Québec, 2019 et 2020

    Revenu médian avant transferts et impôt des particuliers de 16 ans ou plus, selon le groupe d’âge, Québec, 2019 et 2020

    Notes
    † Exprime une différence significative entre les revenus des années 2019 et 2020, au seuil de 0,05.
    Les revenus pour les années antérieures à 2020 ont été convertis en dollars constants de 2020 au moyen de l’indice des prix à la consommation d’ensemble pour le Québec.

    Source
    Statistique Canada, Enquête canadienne sur le revenu (2019 et 2020), fichiers maîtres. Adapté par l'Institut de la statistique du Québec.

    Les revenus des hommes immigrants évoluent différemment de ceux des femmes en 2020

    Le revenu avant transferts et impôt des personnes immigrantes a diminué en 2020 (– 5 900 $; – 22 %). Ce constat est principalement attribuable à la diminution détectée chez les hommes immigrants (– 8 200 $; – 23 %); le revenu des femmes immigrantes n’ayant pas fluctué significativement.

    Pour ce qui est du revenu après impôt de l’ensemble des personnes immigrantes, celui-ci n’a pas varié de façon significative entre 2019 et 2020. On constate une hausse du côté de celui des femmes (+ 3 500 $; +13 %), tandis que celui des hommes est resté, à peu de choses près, inchangé.

    Revenu médian avant transferts et impôt des particuliers de 16 ans ou plus, selon le sexe, personnes immigrantes, Québec, 2019 à 2020

    Revenu médian avant transferts et impôt des particuliers de 16 ans ou plus, selon le le sexe, personnes immigrantes, Québec, 2019 à 2020

    Notes
    † Exprime une différence significative entre les revenus des années 2019 et 2020, au seuil de 0,05.
    Les revenus pour les années antérieures à 2020 ont été convertis en dollars constants de 2020 au moyen de l’indice des prix à la consommation d’ensemble pour le Québec.

    Source
    Statistique Canada, Enquête canadienne sur le revenu (2019 et 2020), fichiers maîtres. Adapté par l'Institut de la statistique du Québec.

    Faible revenu : baisse d’une ampleur inégalée en 2020

    Selon la Mesure du panier de consommation (MPC), le taux de faible revenu suit une tendance à la baisse depuis 2015. Toutefois, en 2020, la baisse a été d’une ampleur inégalée.

    La baisse du taux de faible revenu a été observée chez les hommes et les femmes ainsi que parmi les particuliers de tous les groupes d’âge, allant de 35 % chez les 45-64 ans à 58 % chez les 65 ans et plus.

    La baisse du taux de faible revenu a touché les immigrants et les non-immigrants, autant chez les femmes que chez les hommes.

    Les mesures de soutien du revenu mises en place par le gouvernement pour soutenir les particuliers touchés par les ralentissements de l'activité économique, notamment les prestations d’urgence et de relance économique, ont eu pour effet d’augmenter le revenu après impôt et d’ainsi réduire les taux de faible revenu.

    Les évènements survenus en 2020 ont entraîné des répercussions importantes sur le revenu des particuliers. Il est probable que certaines tendances observées en 2020 soient temporaires.

    Taux de faible revenu selon la Mesure du panier de consommation (MPC) de l’année de base 2018, particuliers de 16 ans et plus, Québec, 2015 à 2020

    Taux de faible revenu selon la Mesure du panier de consommation (MPC) de l’année de base 2018, particuliers de 16 ans ou plus, Québec, 2015 à 2020

    Source
    Statistique Canada, Enquête canadienne sur le revenu (2015-2020), fichiers maîtres. Adapté par l'Institut de la statistique du Québec.

    Taux de faible revenu selon la Mesure du panier de consommation (MPC) de l’année de base 2018, selon le groupe d’âge, particuliers de 16 ans et plus, Québec, 2019 et 2020

    Taux de faible revenu selon la Mesure du panier de consommation (MPC) de l’année de base 2018, selon le groupe d’âge, particuliers de 16 ans ou plus, Québec, 2019 et 2020

    Notes
    * Coefficient de variation entre 15 % et 25 %; interpréter avec prudence.
    † Exprime une différence significative entre les taux de faible revenu des années 2019 et 2020, au seuil de 0,05.

    Source
    Statistique Canada, Enquête canadienne sur le revenu (2019 et 2020), fichiers maîtres. Adapté par l'Institut de la statistique du Québec.

    Taux de faible revenu selon la Mesure du panier de consommation (MPC) de l’année de base 2018, selon le statut d’immigrant et le sexe, particuliers de 16 ans et plus, Québec, 2019 et 2020

    Taux de faible revenu selon la Mesure du panier de consommation (MPC) de l’année de base 2018, selon le statut d’immigrant et le sexe, particuliers de 16 ans ou plus, Québec, 2019 et 2020

    Notes
    * Coefficient de variation entre 15 % et 25 %; interpréter avec prudence.
    ** Coefficient de variation entre 25 % et 33 %; estimation imprécise, fournie à titre indicatif seulement.
    † Exprime une différence significative entre les taux de faible revenu des années 2019 et 2020, au seuil de 0,05.

    Source
    Statistique Canada, Enquête canadienne sur le revenu (2019 et 2020), fichiers maîtres. Adapté par l'Institut de la statistique du Québec.

    Mesure du faible revenu (MFR) : des résultats distincts de la Mesure du panier de consommation (MPC)

    La MPC est une mesure absolue basée sur le coût d’un panier de biens et de services jugés essentiels pour qu’une unité familiale comble ses besoins de base. Elle permet également de prendre en compte les différences de coût de la vie entre les régions. La MFR est pour sa part une mesure relative. Par définition, une unité est considérée comme étant à faible revenu si son revenu, préalablement ajusté en fonction de la taille du ménage, est inférieur à la moitié de la médiane du revenu ajusté après impôt de l’ensemble des particuliers du Québec.

    Pour certains groupes de la population, le taux de faible revenu selon la MFR mène à des résultats différents de ceux obtenus au moyen de la MPC, notamment chez les personnes de 65 ans et plus et les personnes immigrantes. Par exemple :

    • Chez les personnes de 65 ans et plus, l’écart entre le taux de faible revenu selon la MFR et celui de la MPC est particulièrement important. En 2020, le taux de faible revenu selon la MFR était de 13,3 %, comparativement à 2,3 % avec la MPC. Cet écart entre les deux mesures ne s’observe pas chez les autres groupes d’âge.
    • Chez les personnes immigrantes, on ne détecte pas de variation significative entre 2019 et 2020 dans le taux de faible revenu selon la MFR, alors que la proportion de personnes immigrantes vivant sous le seuil de faible revenu diminue avec la MPC.

    Les résultats relatifs au taux de faible revenu selon la Mesure du faible revenu (MFR) ne sont pas présentés dans cette page, mais sont disponibles dans les tableaux détaillés.

    Tableaux détaillés

    Revenu des ménages et des particuliers

    Faible revenu des ménages et des particuliers

    Notes méthodologiques

    Concepts et définitions

    Mesure du faible revenu (MFR) : Une unité est considérée comme étant à faible revenu selon la MFR si son revenu de ménage ajusté selon la taille de son ménage est inférieur au seuil de référence. Le seuil de référence correspond à la moitié de la médiane du revenu de ménage (après impôt) des particuliers de tous âges.

    Pour le calcul des seuils, les données produites par l’ISQ dans le cas du Québec utilisent le revenu médian québécois et non canadien, alors que Statistique Canada utilise le revenu médian canadien.

    Mesure du panier de consommation (MPC) : La MPC repose sur le coût des biens et des services devant composer le « panier de consommation » qui est jugé essentiel pour qu’une unité familiale comble ses besoins de base. Le coût du panier est ensuite comparé au revenu disponible de l’unité familiale : celle-ci est considérée comme étant à faible revenu selon la MPC si son revenu familial disponible est inférieur au produit du seuil de référence de la collectivité où elle habite par un facteur d’ajustement.

    Une unité familiale correspond à une famille économique ou à une personne hors famille économique.

    Immigrants : Immigrants reçus, c’est-à-dire à qui les autorités de l’immigration ont accordé le droit de résider au Canada en permanence, ce qui exclut les résidents non permanents.

    Sources des données

    Les données sont tirées des fichiers de microdonnées de l’Enquête sur la dynamique du travail et du revenu (EDTR) pour les années 1996 à 2011, et de l’Enquête canadienne sur le revenu (ECR) pour les années 2012 à 2020. Les résultats présentés ont été produits au Centre interuniversitaire québécois de statistiques sociales, membre du Réseau canadien des centres de données de recherche.

    Aux fins de comparaison temporelle, les revenus pour les années antérieures à 2020 ont été convertis en dollars constants de 2020 au moyen de l’indice des prix à la consommation d’ensemble pour le Québec.

    Traitements statistiques

    Les associations entre deux variables sont examinées à l’aide d’un test statistique d’indépendance du khi-deux. Si ce test global est significatif et qu’au moins une des deux variables compte plus de deux catégories, des tests de comparaison de proportions sont menés afin de déterminer lesquelles diffèrent significativement l’une de l’autre. Lorsque cela était nécessaire, des tests de différence de médianes ont été effectués.

    Les résultats comportent une certaine marge d’erreur. À moins d’avis contraire, les différences qui sont évoquées dans le texte sont significatives sur le plan statistique au seuil de 0,05.

    Le lectorat est invité à consulter les tableaux statistiques pour les renseignements pertinents sur la précision des estimations et les résultats des tests statistiques réalisés.