• Statistiques
  • L'Institut
  • Enquêtes

    Indicateurs de la science, de la technologie et de l’innovation au Québec

    La série des Indicateurs de la science, de la technologie et de l’innovation au Québec est publiée sous forme de fascicules thématiques. Elle vise à présenter, à comparer et à commenter une sélection de données récentes en vue d’illustrer la situation au Québec en matière de science, de technologie et d’innovation (STI) et à rendre compte des évolutions d’importance ayant trait à la mesure de la STI. Elle prend le relais du Compendium d’indicateurs de l’activité scientifique et technologique au Québec publié de 2005 à 2018.

    Le premier fascicule de la série des Indicateurs de la science, de la technologie et de l’innovation au Québec – Édition 2020 porte sur la mesure de l’innovation. On y trouve un compte rendu de la plus récente édition du Manuel d’Oslo, publié conjointement par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et Eurostat. Le Manuel fournit des lignes directrices pour le recueil, la communication et l’utilisation des données sur l’innovation. Plus qu’un ouvrage technique à l’intention des agences statistiques, le Manuel présente le cadre conceptuel sur lequel se fonde la mesure de l’innovation en général et met en lumière les multiples aspects de ce phénomène fondamental dans l’univers des entreprises. Le compte rendu est complété par un historique des enquêtes sur l’innovation réalisées à Statistique Canada et à l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

    Le deuxième fascicule porte sur les ressources humaines en science et technologie (RHST). Des explications sur ces ressources et la façon dont elles sont définies à des fins statistiques, notamment à l’ISQ, sont fournies en introduction. Trois groupes de RHST du Québec retiennent ensuite l’attention : les diplômés récents des niveaux baccalauréat et supérieurs, les titulaires d’un grade universitaire et les personnes qui occupent un emploi professionnel, technique ou paraprofessionnel. L’analyse prend appui sur les données les plus récentes, soit des séries statistiques allant jusqu’en 2017 pour le premier groupe et jusqu’en 2019 pour les deux autres. Des comparaisons avec l’Ontario sont notamment effectuées.