• Statistiques
  • L'Institut
  • Enquêtes
    Retour au document

    Attentes des entreprises du Québec pour le troisième trimestre de 2021

    Date de diffusion : 30 septembre 2021

    L’Enquête canadienne sur la situation des entreprises (ECSE), troisième trimestre de 2021, vise à faire état des répercussions de la pandémie de COVID-19 sur les entreprises, des mesures que celles-ci continuent de mettre en œuvre ainsi que des attentes des entreprises au cours des trois mois à venir ou de l’année à venir sur différents aspects de leurs activités.

    La présente analyse, produite à partir des résultats de l’ECSE, se concentre sur les attentes à court terme des entreprises du Québec en ce qui a trait notamment à la rentabilité, aux ventes, au nombre d’employés, et aux prix de vente des biens et services offerts.

    Elle aborde aussi la survie des entreprises du Québec au cours des trois mois à venir et de la prochaine année, leurs plans de relance, de transfert ou de vente, les obstacles à surmonter, l’impact du télétravail sur la taille des espaces à bureaux, l’adoption du numérique en matière d’exportation ou de sous-traitance, l’adoption de pratiques environnementales, et les défis associés à l’approvisionnement en équipement de protection individuelle ou à l’usage par les entreprises des trousses de test de dépistage rapide de la COVID-19.

    L’ECSE a été réalisée du 2 juillet au 6 août 2021 par Statistique Canada.

    Faits saillants

    Rentabilité et autres indicateurs de performance durant les trois mois à venir

    Les attentes des entreprises du Québec pour le troisième trimestre de 2021 (trois mois suivant la période du 2 juillet au 6 août) sont légèrement plus optimistes qu’au trimestre précédent :

    • Le cinquième des entreprises s’attendent à une baisse de leur rentabilité (20,6 %, contre 29,7 % au trimestre précédent).
    • Plus du cinquième des entreprises s’attendent à une hausse de leurs ventes (22,7 %, contre 24,8 %) et seulement un dixième à une baisse (12,9 %, contre 21,2 %).
    • Plus du quart des entreprises prévoient d’augmenter leurs prix de vente (26,7 %, contre 24,4 %).
    • Les quatre cinquièmes des entreprises s’attendent à conserver le même nombre d’employés (77,4 %, contre 76,4 %).
    • Les deux cinquièmes des entreprises anticipent le même le nombre de postes vacants (42,9 %, contre 38,6 %).
    • Le cinquième des entreprises augmenteront leurs dépenses en immobilisations (18,4 %, contre 16,8 %).
    Survie et plans pour la prochaine année

    L’état des liquidités et la capacité d’endettement des entreprises du Québec s’améliorent par rapport au trimestre précédent :

    • 85,1 % d’entre elles ont les liquidités nécessaires à leur fonctionnement (contre 79,7 % au trimestre précédent).
    • 61,6 % d’entre elles ont la capacité de s’endetter davantage, mais 15,3 % ne l’ont pas.

    La proportion des entreprises qui ne sentent pas la poursuite de leurs activités menacée au-delà de l’année à venir a baissé en faveur de celle des entreprises qui ne savent pas pendant combien de temps elles pourront continuer à fonctionner, ce qui représente un léger recul par rapport au trimestre précédent :

    • 55,6 % pourront poursuivre leurs activités au-delà de l’année à venir avec leur niveau actuel de revenus et de dépenses avant d’envisager la fermeture ou la faillite (contre 75,9 % au trimestre précédent), tandis que 38,5 % ne savent pas pendant combien de temps elles pourront le faire avant d’envisager la fermeture ou la faillite (contre 16,2 %).
    • 54,6 % pourront poursuivre leurs activités au-delà de l’année à venir avec leur niveau actuel de revenus et de dépenses avant d’envisager de licencier du personnel (contre 65,9 %), tandis que 30,3 % ne savent pas pendant combien de temps elles pourront le faire avant d’envisager de licencier du personnel (contre 14,4 %).

    Un peu plus d’entreprises ont préparé des plans pour l’année à venir qu’au trimestre précédent :

    • 27,3 % des entreprises ont l’intention d’élargir leurs emplacements, de se restructurer, d’investir dans d’autres entreprises ou d’en acquérir (contre 21,7 % au précédent trimestre).
    • 4,6 % des entreprises ont des plans de transfert ou de vente (contre 3,8 %), tandis que 1,6 % d’entre elles ont des plans de fermeture (contre 1,2 %).
    Obstacles au cours des trois mois à venir

    Des entreprises du Québec s’attendent à faire face à plusieurs obstacles au cours des trois mois à venir. Les principaux obstacles mentionnés sont :

    • Des difficultés de recrutement d’employés qualifiés (47,6 %, contre 42,7 % au trimestre précédent);
    • Une pénurie de main-d’œuvre (45,5 %, contre 38,7 %);
    • Le maintien en poste d’employés qualifiés (31,4 %, contre 28,6 %);
    • Une augmentation du coût des intrants (34,5 %, contre 34,0 %);
    • Des difficultés à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures au pays (22,7 %, contre 23,4 %);
    • Le coût des assurances (22,0 %);
    • Le coût de l’équipement de protection individuelle, du nettoyage supplémentaire et de la mise en œuvre des mesures de distanciation physique (19,7 %).
    Adoption du numérique durant la dernière année

    L’adoption du numérique continue de prendre de l’ampleur Au Québec. Des entreprises ont utilisé des méthodes numériques pour exporter ou pour sous-traiter des tâches, des projets ou des contrats de courte durée au cours de la dernière année :

    • 65,5 % des entreprises exportatrices de biens ou de services ont reçu une partie des commandes de leurs clients d’un autre pays par voie électronique.
    • 20,3 % des entreprises (25,8 %) qui ont sous-traité des tâches, des projets ou des contrats de courte durée se sont servies d’une plateforme numérique, d’une application ou d’un site Web d’une tierce partie pour le faire.
    Télétravail et espaces à bureaux

    Le télétravail est là pour de bon, et pousse certaines entreprises du Québec à devoir ajuster la taille de leur espace à bureaux :

    • 25,9 % des entreprises prévoient qu’une partie de leur effectif continuera essentiellement de télétravailler une fois la pandémie de COVID-19 terminée.
    • 10,8 % d’entre elles prévoient de réduire la taille de leur espace à bureaux actuel en fonction de l’effectif en télétravail.
    Pratiques environnementales durant la dernière année

    Malgré le contexte de la pandémie, des entreprises du Québec ont mis en place des pratiques environnementales au cours de la dernière année ou prévoient de le faire :

    • 44,6 % ont encouragé les employés à adopter des pratiques respectueuses de l’environnement.
    • 39,1 % ont réduit leurs déchets.
    • 23,5 % ont pratiqué l’approvisionnement écoresponsable.
    • 22,8 % ont réduit leur consommation d’énergie ou d’eau.
    • 21,8 % ont utilisé des matériaux recyclés ou des déchets comme intrants.
    Équipement de protection individuelle et trousses de test de dépistage rapide de la COVID-19 sur place

    La majorité des entreprises du Québec s’approvisionnent en équipement ou en fournitures de protection individuelle au Canada et quelques-unes en fabriquent. Par contre, l’usage de trousses de test de dépistage rapide de la COVID-19 sur place serait très peu répandu :

    • 54,1 % des entreprises s’approvisionnent auprès d’un détaillant canadien, 28,4 % auprès d’un fabricant canadien, et 24,5 % auprès d’un grossiste canadien.
    • 5,0 % des entreprises fabriquent au moins un type d’équipement ou de fournitures de protection individuelle depuis mars 2020.
    • 1,1 % a utilisé sur place des trousses de test de dépistage rapide de la COVID-19 au cours du dernier mois.
    • 2,0 % prévoient de commencer à utiliser des trousses de test de dépistage rapide au cours des trois mois à venir.

     

    Rentabilité et autres indicateurs de performance durant les trois mois à venir

    Les résultats présentés ci-après portent sur les données recueillies au début du troisième trimestre de 2021, soit du 2 juillet au 6 août.

    Le cinquième des entreprises s’attendent à une baisse de leur rentabilité, en baisse par rapport au trimestre précédent

    Durant les trois mois à venir, 20,6 % des entreprises s’attendent à ce que leur rentabilité diminue, ce qui représente une baisse par rapport au trimestre précédent (29,6 %) (figure 1). Plus des deux cinquièmes des entreprises dans les services d’hébergement et de restauration (42,1 %, contre 45,6 % au précédent trimestre), et du quart de celles dans les arts, les spectacles et les loisirs (27,1 %, contre 41,3 %), et la fabrication (25,9 %, contre 21,5 %), de même que celles ayant de 1 à 4 employés (23,9 %, contre 33,3 %) se trouvent dans cette situation (figure 2).

    Par contre, la proportion de celles qui anticipent une hausse de leur rentabilité est presque la même qu’au trimestre précédent (15,1 %, contre 14,4 %), tandis que celle des entreprises qui ne s’attendent à aucun changement est en hausse (61,5 %, contre 49,9 %). Les entreprises dans l’agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse (81,8 %, contre 71,3 %), l’extraction minière, l’exploitation en carrière et l’extraction de pétrole et de gaz (75,9, contre 60,4 %), ainsi que la finance et les assurances (75,7 %, contre 65,6 %) sont les plus nombreuses à n’attendre aucun changement en matière de rentabilité.

    Cependant, dans certaines industries, les attentes des entreprises sont plutôt ambigües. Par exemple, dans l’industrie de l’information et l’industrie culturelle, 31,2 % des entreprises s’attendent à une hausse de rentabilité, mais 21,5 % craignent une baisse de rentabilité. Celles dans les services professionnels, scientifiques et techniques (23,0 %, contre 22,9 %), et le commerce de gros (20,9 %, contre 17,8 %) sont aussi dans cette situation.

    Plus du cinquième des entreprises s’attendent à une hausse de leurs ventes ou de la demande pour leurs biens ou services, en légère baisse par rapport au trimestre précédent

    Plus du cinquième des entreprises (22,7 %, contre 24,8 % au trimestre précédent) s’attendent à une hausse de leurs ventes au cours des trois mois à venir et seulement un dixième, à une baisse (12,9 %, contre 21,2 %) (figure 3). Le tiers des entreprises des services professionnels, scientifiques et techniques (35,8 %), de l’industrie de l’information et l’industrie culturelle (34,3 %), et du secteur des arts, des spectacles et des loisirs (32,4 %) anticipent une hausse des ventes. À l’opposé, le tiers (33,1 %) des entreprises dans les services d’hébergement et de restauration, tout comme de celles ayant 100 employés ou plus (31,4 %), prévoient une diminution de leurs ventes.

    Parallèlement, plus du cinquième des entreprises (22,6 %, contre 24,7 % au trimestre précédent) prévoient une hausse de la demande pour leurs biens ou services, surtout dans les secteurs des arts, des spectacles et des loisirs (33,3 %). À l’opposé, les entreprises dans les services d’hébergement et de restauration (33,8 %), tout comme celles de 100 employés ou plus (32,3 %), anticipent une baisse de la demande.

    Plus du quart des entreprises prévoient de hausser leurs prix de vente, en hausse par rapport au trimestre précédent

    Le quart des entreprises (26,7 %, contre 24,4 % au trimestre précédent) prévoient d’augmenter leurs prix de vente au cours des trois mois à venir (figure 4). Plus de la moitié des entreprises des secteurs de la fabrication (53,4 %) et du commerce de gros (52,1 %), et plus du tiers de celles dans la construction (43,4 %), les services d’hébergement et de restauration (35,7 ), ou ayant de 5 à 19 employés (36,1 %) sont dans cette situation.

    Parallèlement, un peu moins de sept entreprises sur dix (66,2 %) n’anticipent pas de changement de prix. Neuf entreprises sur dix dans la finance et les assurances (95,2 %), et huit entreprises sur dix dans l’industrie de l’information et l’industrie culturelle (85,9 %), les services administratifs, de soutien, de gestion de déchets et d’assainissement (84,7 %), le transport et l’entreposage (77,9 %), l’extraction minière, l’exploitation en carrière et l’exploitation de pétrole et de gaz (77,5 %), l’agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse (77,4 %), et les services professionnels, scientifiques et techniques (76,7 %) sont dans cette situation.

    Près de huit entreprises sur dix conserveront le même nombre d’employés, comme au précédent trimestre

    Environ 77,4 % des entreprises, soit à peu près la même proportion qu’au trimestre précédent (76,4 %), s’attendent à conserver le même nombre d’employés au cours des trois mois à venir (figure 5). De plus, le nombre d’employés augmentera pour 15,9 % d’entre elles (contre 15,2 % au trimestre précédent), surtout dans la fabrication (30,1 %), l’industrie de l’information et l’industrie culturelle (24,6 %), et les services professionnels, scientifiques et techniques (24,2 %), tout comme dans les entreprises de 100 employés ou plus (36,7 %) ou de 20 à 99 employés (29,8 %). À l’opposé, il baissera pour le quart des entreprises dans les services d’hébergement et de restauration (25,0 %).

    Comme au trimestre précédent, le nombre de postes vacants restera à peu près le même pour les deux cinquièmes des entreprises (42,9 %, contre 38,6 % au trimestre précédent), mais augmentera pour plus du dixième d’entre elles (11,1 %, contre 8,2 %). Le nombre de postes vacants augmentera pour le quart des entreprises dans les services d’hébergement et de restauration (24,0 %) ou ayant 100 employés ou plus (29,2 %), et pour près du cinquième des entreprises dans la fabrication (18,8 %) ou dans les arts, les spectacles et les loisirs (17,0 %). Les attentes des entreprises de 20 à 99 employés sont ambigües : la proportion de celles qui anticipent une baisse de postes vacants (17,7 %) équivaut à celle des entreprises qui prévoient la hausse (17,2 %).

    Les dépenses en immobilisations et en formation augmenteront pour au moins une entreprise sur six

    Environ 18,4 % des entreprises (contre 16,8 % au trimestre précédent) prévoient d’augmenter leurs dépenses en immobilisations (figure 6). Un peu moins du tiers des entreprises du secteur dans la construction (30,8 %) et de celles dans la fabrication (28,1 %) sont dans cette situation.

    Une entreprise sur six (15,0 %, contre 12,9 % au trimestre précédent) prévoit d’augmenter ses dépenses liées à la formation, surtout dans les services d’hébergement et de restauration (25,3 %), l’industrie de l’information et l’industrie culturelle (21,1 %), et la fabrication (19,1 %), tout comme dans les entreprises de 100 employés ou plus (27,2 %) et dans celles de 20 à 99 employés (24,4 %).

    Figure 1 – Attentes des entreprises concernant la performance de leurs activités pour les trois mois à venir, Québec, 3e trimestre de 2021

    Attentes des entreprises concernant la performance de leurs activités pour les trois mois à venir, selon le secteur d’activité, Québec

    Note : «Revenu d'exploitation» plutôt que «bénéfice d'exploitation» comme dans les éditions précédentes de l'enquête; la somme des catégories est inférieure à 100 % en raison de la catégorie «Ne s'applique pas».
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 2 – Attentes des entreprises concernant la rentabilité pour les trois mois à venir, selon le secteur d’activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Attentes des entreprises concernant la rentabilité pour les trois mois à venir, selon le secteur d’activité et la taille

    Note : La somme des catégories est inférieure à 100 % en raison de la catégorie «Ne s'applique pas».
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 3 – Attentes des entreprises concernant les ventes et la demande pour les produits et services offerts pour les trois mois à venir, selon le secteur d’activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Attentes des entreprises concernant les ventes et la demande pour les produits et services offerts pour les trois mois à venir, selon le secteur d’activité et la taille

    Note : La somme des catégories est inférieure à 100 % en raison de la catégorie «Ne s'applique pas».
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 4 – Attentes des entreprises concernant les prix de vente des produits et services offerts pour les trois mois à venir, selon le secteur d’activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Attentes des entreprises concernant les prix de vente des produits et services offerts pour les trois mois à venir, selon le secteur d’activité et la taille, Québec

    Note : La somme des catégories est inférieure à 100 % en raison de la catégorie «Ne s'applique pas».
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 5 – Attentes des entreprises concernant le nombre d’employés et de postes vacants pour les trois mois à venir, selon le secteur d’activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Attentes des entreprises concernant le nombre d’employés et de postes vacants pour les trois mois à venir, selon le secteur d’activité et la taille, Québec

    Note : La somme des catégories est inférieure à 100 % en raison de la catégorie «Ne s'applique pas».
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 6 – Attentes des entreprises concernant les dépenses en immobilisation et en formation pour les trois mois à venir, selon le secteur d’activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Attentes des entreprises concernant le nombre d’employés et de postes vacants pour les trois mois à venir, selon le secteur d’activité et la taille, Québec

    Note : La somme des catégories est inférieure à 100 % en raison de la catégorie «Ne s'applique pas».
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Survie et plans pour la prochaine année

    Les résultats présentés ci-après portent sur les données recueillies au début du troisième trimestre de 2021, soit du 2 juillet au 6 août.

    Plus de 85 % des entreprises disposent des liquidités suffisantes pour les trois mois à venir

    Environ 85,1 % des entreprises (contre 79,7 % au trimestre précédent) déclarent avoir les liquidités nécessaires pour continuer leurs activités au cours des trois mois à venir (figure 7). Plus de neuf entreprises sur dix dans les services immobiliers, de location et de location à bail (92,4 %), les services professionnels, scientifiques et techniques (91,4 %), et la finance et les assurances (90,9 %), tout comme chez les entreprises de 100 employés ou plus (90,6 %), se trouvent dans cette situation.

    À l’opposé, les entreprises dans les services d’hébergement et de restauration (77,0 %, contre 61,4 % au trimestre précédent), et le transport et l’entreposage (79,1 %, contre 63,3 % au trimestre précédent) sont moins sujettes à disposer des liquidités suffisantes.

    Une entreprise sur six ne peut pas s’endetter davantage

    De plus, 15,3 % des entreprises ne pourront pas s’endetter davantage (figure 8). Il s’agit surtout des entreprises dans les services d’hébergement et de restauration (29,8 %), les arts, les spectacles et les loisirs (21,5 %), et les services administratifs, de soutien, de gestion des déchets et d’assainissement (21,3 %).

    En outre, près du quart (23,1 %) des entreprises ne savent si elles ont la capacité de s’endetter davantage. Près du tiers des entreprises dans la finance et les assurances (33,4 %), le transport et l’entreposage (30,3 %), et la construction (30,0 %) se trouvent dans cette situation.

    Enfin, six entreprises sur dix (61,6 %), surtout dans l’agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse (78,5 %), et les services immobiliers, de location et de location à bail (75,0 %) ont la capacité de s’endetter davantage.

    Comme au trimestre précédent, les trois raisons les plus fréquemment évoquées par les entreprises n’ayant pas la capacité de s’endetter davantage demeurent le manque de confiance ou l’incertitude quant aux ventes futures (34,2 %), le flux de trésorerie (27,2 %), et le fait de croire que leur demande serait refusée (22,8 %). Les entreprises dans les services d’hébergement et de restauration ont mentionné les trois raisons dans une forte proportion (49,9 %, 37,5 %, et 33,7 %). (tableau Excel 3310038601).

    Trois entreprises sur cinq ne sentent pas la poursuite de leurs activités menacée au-delà de l’année à venir, une proportion en baisse par rapport au trimestre précédent

    La proportion des entreprises qui ne sentent pas la poursuite de leurs activités menacée au-delà de l’année à venir a baissé en faveur de celles qui ne savent pas pendant combien de temps elles pourront continuer à fonctionner.

    Perspective d’avenir concernant la fermeture ou la faillite

    Un peu moins de trois entreprises sur cinq (55,6 %) pourront poursuivre leurs activités à leur niveau actuel de revenus et de dépenses au-delà de l’année à venir, avant d’envisager la fermeture ou la faillite (figure 9). Cela représente un recul par rapport au trimestre précédent (75,9 %).

    En revanche, la proportion des entreprises qui ne savent pas pendant combien de temps elles pourront continuer à fonctionner (avant d’envisager la fermeture ou la faillite) est à la hausse par rapport au trimestre précédent (38,5 %, contre 16,2 %). Près de la moitié des entreprises dans la construction (51,0 %), le transport et l’entreposage (49,3 %), et la fabrication (45,8 %) sont dans cette situation. Au trimestre précédent, c’est 22,1 %, 27,6 % et 13,2 % respectivement des entreprises dans les trois secteurs qui étaient dans cette situation.

    La proportion des entreprises qui pourront continuer à fonctionner dans les mêmes conditions pendant moins de 12 mois est restée presque la même (6,0 %, contre 7,9 %).

    Perspective d’avenir concernant le licenciement du personnel

    Plus de la moitié (54,6 %) des entreprises pourront poursuivre leurs activités à leur niveau actuel de revenus et de dépenses au-delà de l’année à venir avant d’envisager de licencier du personnel, une baisse par rapport au trimestre précédent (65,9 %).

    En revanche, près du tiers (30,3 %) ne savent pas pendant combien de temps elles pourront continuer à fonctionner, une hausse par rapport au trimestre précédent (14,4 %). Près des deux cinquièmes des entreprises dans la construction (37,3 %), le transport et l’entreposage (37,1 %), les services administratifs, de soutien, de gestion des déchets et d’assainissement (36,5 %), et les services immobiliers, de location et de location à bail (36,4 %) sont dans cette situation.

    Les entreprises dans les services d’hébergement et de restauration (31,7 %, 35,7 % et 32,7 %), et les arts, les spectacles et les loisirs (46,6 %, 29,7 % et 23,6 %) sont partagées entre les trois cas de figure (« 12 mois ou plus », « Moins de 12 mois » et « Ne sait pas »).

    Perspectives d’avenir générales

    Dans l’ensemble (figure 10), les entreprises sont généralement plus optimistes (plutôt ou très optimistes) quant à l’avenir que leur réservent les 12 mois à venir (83,4 %) qu’au trimestre précédent, surtout celles dans le commerce de gros (94,1 %) et la construction (90,7 %), et celles de 100 employés ou plus (92,6 %). À l’opposé, les entreprises dans les services d’hébergement et de restauration (59,7 %), et les services immobiliers, de location et de location à bail (74,6 %) sont généralement les moins optimistes quant à l’avenir.

    Des entreprises ont préparé des plans de relance, de transfert ou de vente pour la prochaine année

    Plus du quart des entreprises (27,3 %), soit plus qu’au précédent trimestre (21,7 %), ont l’intention d’élargir leurs activités (agrandissement de l’emplacement actuel ou ajout de nouveaux emplacements), de se restructurer, d’investir dans d’autres entreprises ou d’en acquérir d’autres au cours de l’année à venir (figure 11). Près de la moitié des entreprises ayant 100 employés ou plus (48,8 %) et près des deux cinquièmes des entreprises dans les services administratifs, de soutien, de gestion des déchets et d’assainissement (43,8 %), la construction (40,1 %), l’industrie de l’information et l’industrie culturelle (39,4 %), et la fabrication (35,9 %) ou ayant de 20 à 99 employés (38,4 %) sont dans cette situation.

    À l’opposé, les entreprises dans la finance et les assurances (11,5 %), les services d’hébergement et de restauration (15,6 %), et le commerce de gros (18,1 %) sont les moins portées à préparer ce genre de plans.

    Par ailleurs, comme au trimestre précédent, une minorité d’entreprises (4,6%, contre 3,8 %) ont des plans de transfert ou de vente pour l’année à venir, tandis que seulement 1,6 % des entreprises (contre 1,2 %) ont des plans de fermeture (figure 12). Celles dans les services d’hébergement et de restauration (11,2 %), l’industrie de l’information et l’industrie culturelle (10,8 %), et les arts, les spectacles et les loisirs (9,5 %) sont les plus portées à planifier un transfert ou une vente.

    Figure 7 – Proportion d'entreprises qui ont les liquidités nécessaires pour continuer leurs activités durant les trois mois à venir, selon le secteur d’activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Proportion d'entreprises qui ont les liquidités nécessaires pour continuer leurs activités durant les trois mois à venir, selon le secteur d’activité et la taille, Québec

    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 8 – Capacité des entreprises à s’endetter davantage selon le secteur d’activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Capacité des entreprises à s’endetter davantage selon le secteur d’activité et la taille

    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 9 – Période pendant laquelle les entreprises prévoient de poursuivre leurs activités à leur niveau actuel de revenus et de dépenses avant d'envisager la fermeture ou la faillite ou de licencier du personnel, selon le secteur d'activité et la taille, 3e trimestre de 2021

    Période pendant laquelle les entreprises prévoient de poursuivre leurs activités à leur niveau actuel de revenus et de dépenses avant d'envisager la fermeture ou la faillite ou de licencier du personnel, selon le secteur d'activité et la taille

    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 10 – Perspectives d’avenir au cours des 12 mois à venir pour les entreprises, selon le secteur d’activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Perspectives d’avenir au cours des 12 mois à venir pour les entreprises, selon le secteur d’activité et la taille

    Note: Dans la présente édition, on propose aux répondants 5 options de réponses (très optimiste, plutôt optimiste, plutôt pessimiste, très pessimiste, ne sait pas) plutôt que 4 options (très optimiste, plutôt optimiste, n'est pas optimiste, ne sait pas) comme dans l'édition précédente de l'enquête; cela rend impossible la comparaison des résultats entre les deux éditions.
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 11 – Proportion d'entreprises qui envisagent d'élargir les activités, de se restructurer et d'investir dans d'autres entreprises ou d'en acquérir d'autres au cours de l'année à venir, selon le secteur d'activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Proportion d'entreprises qui envisagent d'élargir les activités, de se restructurer et d'investir dans d'autres entreprises ou d'en acquérir d'autres au cours de l'année à venir, selon le secteur d'activité et la taille

    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 12 – Proportion d'entreprises qui envisagent de transférer, de vendre ou de fermer au cours de l'année à venir, selon le secteur d'activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Proportion d'entreprises qui envisagent de transférer, de vendre ou de fermer au cours de l'année à venir, selon le secteur d'activité et la taille

    Note : Il manque l'option «Intention de transférer, de vendre ou de fermer l'entreprise, mais aucun plan établi» pour ceux qui ont répondu OUI; cela pourrait rendre les réponses à la question 7 non comparables à celles des éditions précédentes.
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Obstacles prévus au cours des trois mois à venir

    Les résultats présentés ci-après portent sur les données recueillies au début du troisième trimestre de 2021, soit du 2 juillet au 6 août.

    Les entreprises s’attendent à surmonter des obstacles : manque d’employés qualifiés, pénurie de main-d’œuvre, difficultés d’approvisionnement et coûts liés à la pandémie

    Au chapitre de la main-d’œuvre, près de la moitié des entreprises s’attendent à rencontrer des difficultés de recrutement d’employés qualifiés (47,6 %, contre 42,7 % au trimestre précédent) ou une pénurie de main-d’œuvre (45,5 %, contre 38,7 %), et le tiers, des difficultés de maintien en poste d’employés qualifiés (31,4 %, contre 28,6 %) (figure 13).

    Pour ce qui est de l’approvisionnement, le tiers d’entre elles s’attendent à une augmentation du coût des intrants (34,5 %, contre 34,0 %), et environ le cinquième, à des difficultés d’acquisition des intrants, des produits ou des fournitures au pays (22,7 %, contre 23,4 %), et à une augmentation des coûts liés au transport (20,3 %).

    Enfin, environ le cinquième des entreprises anticipe la hausse d’autres coûts, notamment le coût des assurances (22,0 %) et celui de l’équipement de protection individuelle, du nettoyage supplémentaire et de la mise en œuvre des mesures de distanciation physique (19,7 %).

    L’ampleur attendue de ces obstacles varie selon le secteur d’activité (tableau 1) :

    • Recrutement d’employés qualifiés : environ les deux tiers des entreprises dans les services d’hébergement et de restauration (66,3 %) et le commerce de détail (64,1 %), et les trois cinquièmes de celles dans la construction (59,8 %), les services administratifs, de soutien, de gestion de déchets et d’assainissement (59,3 %), et la fabrication (58,2 %).
    • Pénurie de main-d’œuvre : plus des deux tiers des entreprises dans les services d’hébergement et de restauration (72,8 %) et la fabrication (67,6 %), et près des trois cinquièmes de celles dans le commerce de détail (60,7 %) et les services administratifs, de soutien et de gestion des déchets et d’assainissement (56,9 %).
    • Maintien en poste d’employés qualifiés : plus des deux cinquièmes des entreprises dans la finance et les assurances (44,4 %), les services d’hébergement et de restauration (43,8 %), le commerce de détail (40,9 %), et la fabrication (40,5 %).
    • Augmentation du coût des intrants : plus des deux tiers des entreprises dans la fabrication (66,7 %), les trois cinquièmes de celles dans l’agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse (59,7 %), et les services d’hébergement et de restauration (60,4 %), et la moitié de celles dans la construction (48,7 %).
    • Difficultés à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures au pays : près des trois cinquièmes des entreprises dans la construction (57,5 %), des deux cinquièmes dans la fabrication (44,3 %), et environ le tiers de celles dans l’agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse (43,6 %).
    • Coûts liés au transport : près de la moitié des entreprises dans le commerce de gros (47,0 %), et environ les deux cinquièmes de celles dans la fabrication (43,5 %) et l’agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse (38,3 %).
    • Coût des assurances : plus de la moitié des entreprises dans l’agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse (53,5 %), et du tiers de celles dans les services administratifs, de soutien, de gestion des déchets et d’assainissement (37,2 %) et les services d’hébergement et de restauration (34,1 %).
    • Coût de l’équipement de protection individuelle, du nettoyage supplémentaire et de la mise en œuvre des mesures de distanciation physique : le tiers des entreprises dans les services d’hébergement et de restauration (32,8 %), et le quart de celles dans les services administratifs, de soutien, de gestion des déchets et d’assainissement (24,6 %), et le commerce de détail (23,6 %).

    L’ampleur des obstacles varie aussi selon la taille des entreprises :

    • Recrutement d’employés qualifiés : 79,7 % des entreprises de 20 à 99 employés; 69,0 % de celles de 100 employés ou plus et 59,4 % de celles de 5 à 19 employés.
    • Pénurie de main-d’œuvre : 76,5 % des entreprises de 100 employés ou plus, 75,0 % de celles de 20 à 99 employés, et 55,4 % de celles de 5 à 19 employés.
    • Maintien en poste d’employés qualifiés : 60,8 % des entreprises de 100 employés ou plus, 55,3 % de celles de 20 à 99 employés, et 40,3 % de celles de 5 à 19 employés.
    • Augmentation du coût des intrants : 38,9 % des entreprises de 20 à 99 employés, 37,7 % de celles de 100 employés ou plus, et 37,5 % de celles de 5 à 19 employés.

    Figure 13 – Obstacles que les entreprises prévoient de devoir surmonter au cours des trois mois à venir, Québec, 3e trimestre de 2021

    Obstacles que les entreprises prévoient de devoir surmonter au cours des trois mois à venir, Québec

    Note : La catégorie «Coût de l’équipement de protection individuelle (EPI), du nettoyage supplémentaire, de la mise en œuvre des mesures pour la distanciation physique» est nouvelle.
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Tableau 1 – Principaux obstacles que les entreprises prévoient de devoir surmonter au cours des trois mois à venir, quelques industries et selon la taille, Québec, 3e trimestre de 2021


      Recrutement
    d'employés qualifiés
    Pénurie de
    main d'oeuvre
    Augmentation
    du coût
    des intrants
    Maintien en
    poste
    d'employé
    qualifiés
    Difficulté à
    acquérir des
    intrants, des
    produits ou des
    fournitures au
    pays
    Coût des assurances Coûts liés au transport Coût de l’équipement
    de protection individuelle,
    du nettoyage supplémentaire,
    et de la mise en œuvre
    des mesures de distanciation physique
     
      % Qualité
     
    Ensemble des entreprises 47,6 A 45,5 A 34,5 A 31,4 A 22,7 A 22,0 A 20,3 A 23,4 A

    Industrie

    Agriculture, foresterie, pêche et chasse [11] ... ... 59,7 D ... 43,6 D 53,5 D 38,3 D ...
    Construction [23] 59,8 C ... 48,7 D ... 57,5 D ... 28,4 C ...
    Fabrication [31-33] 58,2 C 67,6 C 66,7 C 40,5 C 44,3 C 28,4 C 43,5 C ...
    Commerce de gros [41] ... ... ... ... ... ... 47,0 C ...
    Commerce de détail [44-45] 64,1 C 60,7 C ... 40,9 C ... ... ... 23,6 C
    Finance et assurances [52] ... ... ... 44,4 D ... ... ... ...
    Services administratifs, services de soutien,
    services de gestion des déchets et services d’assainissement [56]
    59,3 D 56,9 D ... ... ... 37,2 D ... 24,6 C
    Services d'hébergement et de restauration [72] 66,3 C 72,8 C 60,4 C 43,8 C ... 34,1 C ... 32,8 C

    Taille de l'entreprise

    1 à 4 employés 32,0 B 31,4 B 31,6 B 19,4 B 18,0 A 23,2 A 19,3 A 16,2 A
    5 à 19 employés 59,4 B 55,4 B 37,5 B 40,3 B 29,5 B 23,3 B 23,8 B 23,6 B
    20 à 99 employés 79,7 B 75,0 B 38,9 C 55,3 C 25,1 B 14,9 B 16,4 B 24,7 C
    100 employés et plus 69,0 B 76,5 B 37,7 B 60,8 C 18,9 B 13,5 B 16,6 B 17,3 B

    Note : La catégorie «Coût de l’équipement de protection individuelle (EPI), du nettoyage supplémentaire, de la mise en œuvre des mesures pour la distanciation physique» est nouvelle.
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, 3e trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Adoption du numérique durant la dernière année

    Les résultats présentés ci-après portent sur les données recueillies au début du troisième trimestre de 2021, soit du 2 juillet au 6 août.

    L’adoption du numérique a pris de l’ampleur, notamment dans les entreprises exportatrices et dans celles ayant fait appel à la sous-traitance au cours de la dernière année.

    Les deux tiers des entreprises exportatrices de biens ou de services ont reçu une partie de leurs commandes par voie numérique

    Pour 65,5 % des entreprises exportatrices, la commande d’au moins 1 % des exportations de biens ou de services (par des clients d’autres pays) s’est fait par voie numérique (figure 14). Cela inclut toutes les ventes de biens ou de services de cette entreprise pour lesquelles la commande a été reçue, et l’engagement d’approvisionnement a été pris, sur Internet, y compris en utilisant des pages Web, des applications, des plateformes, l’'Extranet ou l’échange de données informatisées (EDI). Pour les entreprises exportatrices de services, cette proportion est de 72,2 %, tandis que pour celles exportatrices de biens, elle s’est chiffrée à 59,8 %.

    Les entreprises dans les services administratifs, de soutien, de gestion de déchets et d’assainissement (93,7 %), le transport et l’entreposage (88,2 %), et l’industrie de l’information et l’industrie culturelle (67,7 %), tout comme celles ayant de 1 à 4 employés (78,8 %) sont les plus portées à le faire.

    Les méthodes numériques utilisées par les clients d’autres pays pour commander varient selon le type de produits exportés (figure 15). Les entreprises exportatrices de services ont autant utilisé l’échange de données informatisées (24,6 %), le commerce électronique par le site Web, l’application ou la plateforme de l’entreprise (23,8 %), ou l’Extranet (23,5 %). En revanche, les exportatrices de biens ont privilégié le commerce électronique par le site Web, l’application ou la plateforme de l’entreprise (39,6 %) et l’échange de données informatisées (37,9 %).

    Le cinquième des entreprises ayant sous-traité des tâches, des projets ou des contrats de courte durée s’est servi d’une plateforme numérique

    Au cours de la dernière année, 25,8 % des entreprises ont sous-traité des tâches, des projets ou des contrats de courte durée auprès de pigistes, de travailleurs à la demande ou d’autres entreprises (figure 16). Plus de la moitié des entreprises dans l’industrie de l’information et l’industrie culturelle (52,5 %), et près des deux cinquièmes de celles dans les services professionnels, scientifiques et techniques (38,2 %), les arts, les spectacles et les loisirs (36,0 %), et la construction (35,9 %), ou ayant 100 employés ou plus (44,8 %) l’ont fait.

    Parmi les entreprises qui ont sous-traité des tâches, des projets ou des contrats de courte durée, le cinquième (20,3 %) s’est servi d’une plateforme numérique, d’une application ou d’un site Web d’une tierce partie pour le faire (figure 17). Cette proportion dépasse les trois cinquièmes pour les entreprises dans les services d’hébergement et de restauration (61,6 %), et atteint le tiers pour celles dans les arts, les spectacles et les loisirs (35,7 %), la finance et les assurances (33,0 %), et les services professionnels, scientifiques et techniques (29,9 %).

    Parmi les activités les plus fréquemment sous-traitées au moyen d’une plateforme numérique d’une tierce partie figurent notamment (figure 18) :

    • le développement de sites Web ou de logiciels et la programmation informatique (41,5 %);
    • les services juridiques et de comptabilité ou les autres services professionnels (36,5 %);
    • la conception graphique et la production audiovisuelle (33,4 %);
    • la rédaction, la révision, la traduction et la transcription (28,9 %);
    • la saisie de données, l’étiquetage de photos ou de vidéos, et les autres tâches administratives (27,0 %).

    Figure 14 – Proportion d'entreprises exportatrices dont au moins 1 % des exportations a été commandée par voie numérique au cours des 12 derniers mois, quelques industries et selon la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Proportion d'entreprises exportatrices dont au moins 1 % des exportations a été commandée par voie numérique au cours des 12 derniers mois, quelques industries et selon la taille, Québec

    Note : Il s'agit d'une nouvelle question.
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 15 – Méthodes numériques utilisées par des clients ou des consommateurs d'autres pays pour commander des biens ou des services de l’entreprise, Québec, 3e trimestre de 2021

    Méthodes numériques utilisées par des clients ou des consommateurs d'autres pays pour commander des biens ou des services de l’entreprise

    Note : Il s'agit d'une nouvelle question.
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 16 – Proportion d’entreprises qui ont sous-traité des tâches, des projets ou des contrats de courte durée auprès de pigistes, de travailleurs à la demande ou d’autres entreprises au cours des 12 mois précédents, selon le secteur d’activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Proportion d’entreprises qui ont sous-traité des tâches, des projets ou des contrats de courte durée auprès de pigistes, de travailleurs à la demande ou d’autres entreprises au cours des 12 mois précédents, selon le secteur d’activité et la taille, Québec

    Note : Il s'agit d'une nouvelle question.
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 17 – Proportion d’entreprises qui ont utilisé une plateforme numérique, des applications ou des sites Web de tiers pour sous-traiter des tâches, des projets ou des contrats de courte durée au cours des 12 mois précédents, selon le secteur d'activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Proportion d’entreprises qui ont utilisé une plateforme numérique, des applications ou des sites Web de tiers pour sous-traiter des tâches, des projets ou des contrats de courte durée au cours des 12 mois précédents, selon le secteur d'activité et la taille, Québec

    Note : Il s'agit d'une nouvelle question.
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 18 – Types d’activités les plus fréquemment sous-traitées au moyen d’une plateforme numérique, des applications ou des sites Web d’un tiers au cours des 12 mois précédents, Québec, 3e trimestre de 2021

    Types d’activités les plus fréquemment sous-traitées au moyen d’une plateforme numérique, des applications ou des sites Web d’un tiers au cours des 12 mois précédents

    Note : Il s'agit d'une nouvelle question.
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Télétravail et espaces à bureaux

    Les résultats présentés ci-après portent sur les données recueillies au début du troisième trimestre de 2021, soit du 2 juillet au 6 août.

    Plus du quart des entreprises prévoit qu’au moins 1 % de leur effectif continuera de faire principalement du télétravail une fois la pandémie de COVID-19 terminée

    Environ 25,9 % des entreprises prévoient qu’au moins 1,0 % de leur effectif continuera de faire principalement du télétravail une fois que la pandémie de COVID-19 sera terminée (figure 19). C’est le cas notamment de deux entreprises sur trois dans la finance et les assurances (68,5 %), et l’industrie de l’information et l’industrie culturelle (65,2 %), de plus de trois entreprises sur cinq dans les services professionnels, scientifiques et techniques (62,3 %), et du tiers de celles dans l’extraction minière, l’exploitation en carrière et l’extraction de pétrole et de gaz (36,3 %), les arts, les spectacles et les loisirs (34,0 %), et les services immobiliers, de location et de location à bail (32,3 %). Plus d’une entreprise sur deux de 100 employés ou plus (55,1 %) serait aussi dans cette situation.

    Une entreprise sur dix prévoit de réduire la taille de son espace à bureaux actuel en fonction de la portion de l’effectif en télétravail

    Parmi les entreprises dont une partie de l’effectif continuera à faire du télétravail, le dixième (10,8 %) prévoit de réduire la taille de son espace à bureaux actuel (figure 20). Le cinquième des entreprises dans l’industrie de l’information et l’industrie culturelle (20,7 %), et les arts, les spectacles et les loisirs (19,1 %), ou ayant de 20 à 99 employés sont dans cette situation.

    La majorité des entreprises ayant au moins un employé en télétravail (81,4 %) ne comptent pas réduire la taille de leur espace à bureaux actuel.

    Figure 19 – Proportion d'entreprises qui prévoient qu’au moins 1 % de leur effectif continuera à faire principalement du télétravail une fois que la pandémie de COVID-19 sera terminée, selon le secteur d'activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Proportion d'entreprises qui prévoient qu’au moins 1 % de leur effectif continuera à faire principalement du télétravail une fois que la pandémie de COVID-19 sera terminée, selon le secteur d'activité et la taille, Québec

    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 20 – Proportion d'entreprises qui prévoient de réduire la taille de leur espace à bureaux actuel en fonction de leur effectif en télétravail, selon le secteur d'activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Proportion d'entreprises qui prévoient de réduire la taille de leur espace à bureaux actuel en fonction de leur effectif en télétravail, selon le secteur d'activité et la taille, Québec

    Note : Il s'agit d'une nouvelle question.
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Pratiques environnementales

    Les résultats présentés ci-après portent sur les données recueillies au début du troisième trimestre de 2021, soit du 2 juillet au 6 août.

    Malgré le contexte de la pandémie de COVID-19, des entreprises ont mis en place des pratiques environnementales ou prévoient de le faire

    Les deux pratiques les plus populaires, citées par les deux cinquièmes des entreprises, consistent à encourager les employés à adopter des pratiques respectueuses de l’environnement comme le télétravail, l’utilisation des transports en commun et le recyclage (44,6 %), et à réduire les déchets (39,1 %) (figure 21). Viennent ensuite le fait de choisir des fournisseurs en fonction de leurs pratiques ou produits respectueux de l’environnement (23,5 %), le fait de réduire la consommation d’énergie ou d’eau (22,8 %), et le fait d’utiliser des matériaux recyclés ou des déchets comme intrants (21,8 %).

    Parmi les principaux obstacles à l’adoption de pratiques plus écologiques dans la prochaine année figurent le fait que les clients de l’entreprise ne seraient pas prêts à payer un prix plus élevé (18, %), et le fait que l’entreprise ne disposerait pas de ressources financières suffisantes (12,2 %). En outre, pour 6,6 % des entreprises, la pandémie de COVID-19 a retardé les plans de projets écologiques.

    Figure 21 – Pratiques environnementales en place durant l’année précédente ou qui seront mises en œuvre par les entreprises au cours de la prochaine année, et principal obstacle à leur adoption au cours de la prochaine année, Québec, 3e trimestre de 2021

    Pratiques environnementales en place durant l’année précédente ou qui seront mises en œuvre par les entreprises au cours de la prochaine année, et principal obstacle à leur adoption au cours de la prochaine année, Québec

    Note : Il s'agit d'une nouvelle question.
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Équipement de protection inviduelle et trousses de test de dépistage rapide de la COVID-19 sur place

    Les résultats présentés ci-après portent sur les données recueillies au début du troisième trimestre de 2021, soit du 2 juillet au 6 août.

    La majorité des entreprises se procurent de l’équipement ou des fournitures de protection individuelle auprès d’un détaillant, d’un grossiste ou d’un fabriquant canadiens

    Plus de la moitié des entreprises s’approvisionnement ou prévoient de s’approvisionner en équipement ou en fournitures de protection individuelles auprès d’un détaillant canadien (54,1 %), et le quart, auprès d’un fabricant canadien (28,4 %) ou d’un grossiste canadien (24,5 %) (figure 22). L’apport des entreprises étrangères à ce chapitre est marginal (5,0 % pour les fabricants, 3,3 % pour les détaillants et 2,4 % pour les grossistes).

    Quelques entreprises fabriquent de l’équipement ou des fournitures de protection individuelle depuis mars 2020

    Environ 5,0 % des entreprises fabriquent au moins un type d’équipement ou de fournitures de protection individuelle depuis mars 2020, surtout dans les secteurs de la fabrication (17,2 %), dans les services d’hébergement et de restauration (11,3 %), et dans le commerce de gros (8,1 %) (tableau 2).

    Les entreprises dans la fabrication produisent surtout du désinfectant pour les mains (11,2 %), des gants de nitrile (9,3 %) et des masques chirurgicaux (8,2 %), tout comme celles dans les services d’hébergement et de restauration (7,3 %, 8,8 % et 8,0 % respectivement), tandis que celles dans le commerce de gros produisent essentiellement des masques (7,3 %).

    Très peu d’entreprises ont utilisé des trousses de test de dépistage rapide de la COVID-19 pour tester leurs employés sur place au cours du dernier mois ou le feront dans les trois mois à venir

    Seulement 1,1 % des entreprises ont utilisé des trousses de test de dépistage rapide de la COVID-19 sur place au cours du dernier mois (figure 23). À l’opposé, 72,9 % d’entre elles ne l’ont pas fait du tout. Les entreprises dans l’extraction minière, l’exploitation en carrière, et l’extraction de pétrole et de gaz (15,0 %) étaient les plus portées à utiliser ces trousses de test de dépistage rapide.

    De plus, seulement 2,0 % des entreprises prévoient de commencer à utiliser des trousses de test de dépistage rapide sur place au cours des trois mois à venir (figure 24), surtout les entreprises dans la finance et les assurances (6,5 %), et la construction (5,3 %). À l’opposé, 82,9 % des entreprises n’ont pas cette intention.

    La principale raison pour laquelle les entreprises n’ont pas l’intention de commencer à utiliser des trousses de test de dépistage rapide de la COVID-19 pour tester leurs employés sur place au cours des trois mois à venir est qu’elles ne pensent pas que ce soit nécessaire (65,3 %) (figure 25). Parmi les deux autres raisons invoquées figurent le fait que l’entreprise n’est pas au courant que ces trousses de test de dépistage rapide sont disponibles (16,7 %) et le coût de ces trousses (12,6 %).

    Figure 22 – Sources actuelles ou prévues pour se procurer de l’équipement ou des fournitures de protection individuelle, Québec, 3e trimestre de 2021

    Sources actuelles ou prévues pour se procurer de l’équipement ou des fournitures de protection individuelle, Québec

    Note : Il s'agit d'une nouvelle question.
    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Tableau 2 – Proportion d'entreprises qui ont fabriqué de l'équipement ou des fournitures de protection individuelles depuis mars 2020, quelques industries et selon la taille, Québec, 3e trimestre de 2021


      Masques chirurgicaux Désinfectant pour les mains Gants de nitrile Visières de protection Blouses médicales Respirateurs Au moins un équipement ou une fourniture
     
      % Qualité

    Ensemble des entreprises 3,6 A 3,1 A 2,3 A 1,7 A 0,5 A 0,2 A 4,8

    Industrie

    Fabrication [31-33] 8,2 B 11,2 B 9,3 C 2,0 A 2,8 A 3,6 B 17,2
    Services d’hébergement et de restauration [72] 8,0 B 7,3 B 8,8 B 5,2 B 0,0 A 0,1 A 17,2
    Commerce de gros [41] 7,3 B 2,1 A 0,9 A 5,6 B 1,3 A 0,0 A 8,1
    Soins de santé et assistance sociale [62] 5,2 A 5,5 A 3,2 A 4,0 A 2,1 A 0,0 A 6,6
    Transport et entreposage [48-49] 3,9 B 4,4 B 3,0 B 3,0 B 0,0 A 0,0 A 5,3
    Commerce de détail [44-45] 4,9 B 1,4 A 1,3 A 0,9 A 0,4 A 0,0 A 5,2
    Industrie de l’information et industrie culturelle [51] 3,5 A 4,7 B 0,7 A 0,8 A 0,0 A 0,0 A 4,7
    Arts, spectacles et loisirs [71] 3,5 B 3,2 B 0,3 A 3,9 B 0,0 A 0,0 A 4,5
    Finance et assurances [52] 3,4 B 3,3 B 0,0 A 0,0 A 0,0 A 0,0 A 3,4
    Services administratifs, services de soutien, services de gestion des déchets et services d’assainissement [56] 2,5 B 2,6 B 2,5 B 0,0 A 0,0 A 0,0 A 2,6

    Taille de l'entreprise

    100 employés et plus 3,1 A 4,4 A 2,6 A 3,0 A 4,4 B 1,4 A 2,6
    5 à 19 employés 5,0 A 3,5 A 2,4 A 2,2 A 0,5 A 0,0 A 5,9
    20 à 99 employés 2,7 A 4,1 A 0,5 A 1,6 A 0,8 A 0,0 A 4,7
    1 à 4 employés 2,9 B 2,5 B 2,6 B 1,4 A 0,3 A 0,3 A 4,0

    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, 3e trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 23 – Proportion d'entreprises qui ont utilisé des trousses de test de dépistage rapide de la COVID-19 pour tester les employés sur place au cours du dernier mois, selon le secteur d'activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Proportion d'entreprises qui ont utilisé des trousses de test de dépistage rapide de la COVID-19 pour tester les employés sur place au cours du dernier mois, selon le secteur d'activité et la taille, Québec

    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 24 – Proportion d'entreprises qui prévoient d’utiliser des trousses de test de dépistage rapide de la COVID-19 pour tester les employés sur place au cours des trois mois à venir, selon le secteur d'activité et la taille, Québec, 3e trimestre de 2021

    Proportion d'entreprises qui prévoient d’utiliser des trousses de test de dépistage rapide de la COVID-19 pour tester les employés sur place au cours des trois mois à venir, selon le secteur d'activité et la taille, Québec

    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Figure 25 – Raisons pour lesquelles les entreprises n'ont pas l'intention de commencer à utiliser des trousses de test de dépistage rapide de la COVID-19 au cours des trois mois à venir, Québec, 3e trimestre de 2021

    Raisons pour lesquelles les entreprises n'ont pas l'intention de commencer à utiliser des trousses de test de dépistage rapide de la COVID-19 au cours des trois mois à venir, Québec

    Source : Statistique Canada, Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    À propos de l’enquête

    Les données analysées proviennent de l’Enquête canadienne sur la situation des entreprises (ECSE), troisième trimestre de 2021, réalisée par Statistique Canada du 2 juillet au 6 août 2021. Les répondants étaient notamment interrogés à propos de leurs attentes pour les trois mois à venir, c’est-à-dire une période de trois mois entre le 2 juillet et le 6 novembre 2021, selon leur date de réponse.

    Tout comme la précédente, la présente édition est fondée sur une approche probabiliste et porte seulement sur les entreprises avec employés. La participation à l’enquête est volontaire et un questionnaire électronique a été utilisé. Pour le Québec, les résultats présentés ci-dessus sont basés sur les réponses de 4 654 entreprises.

    Télécharger les tableaux détaillés pour le Québec (XLSX, 5.75 Mo)

    Les résultats sont présentés selon l’industrie, la tranche d’effectif de l’entreprise, le type d’entreprise, l’âge de l’entreprise, la région géographique (rural versus urbain), le type de propriétaire majoritaire et le type d’activité commerciale.

    Pour avoir plus d’information sur la présente édition de l’enquête, veuillez consulter la page de l’Enquête canadienne sur la situation des entreprises (ECSE). Vous y trouverez le questionnaire utilisé, des définitions et les sources de données consultées.