• Statistiques
  • L'Institut
  • Enquêtes
    Tous les communiqués

    Mise à jour des projections de la population du Québec et de ses régions

    Québec, le 25 juillet 2022. – L’Institut de la statistique du Québec diffuse aujourd’hui une mise à jour 2022 des perspectives démographiques du Québec (2021 à 2066) et de ses régions (2021 à 2041). La nouvelle projection repose sur la poursuite des tendances récentes observées en matière de fécondité, de mortalité et de migrations. Les faits saillants de cette mise à jour font l’objet d’un Bulletin sociodémographique disponible sur le site de l’Institut.

    Perspectives de croissance révisées à la baisse pour Montréal et Laval

    Cette mise à jour révèle que 15 des 17 régions administratives voient leurs perspectives de croissance d’ici 2041 être révisées à la hausse. Les deux autres, soit Montréal et Laval, voient quant à elles leur population projetée être révisée à la baisse.

    L’ensemble de ces révisions s’expliquent notamment par les plus récentes données de migration interrégionale (qui illustrent une réalité moins favorable aux grands centres urbains) et par la répartition régionale de l’immigration permanente et temporaire (un peu moins concentrée à Montréal). C’est donc dire que les nouvelles tendances démographiques, dont certaines sont liées à la pandémie de COVID-19, redéfinissent progressivement les perspectives d’avenir des régions du Québec.

    Malgré tout, les grandes tendances régionales persistent

    Bien que les nouvelles projections de population soient moins favorables aux grands centres urbains et plus favorables aux régions éloignées, les grandes tendances démographiques régionales persistent :

    • Les plus forts taux de croissance projetée d’ici 2041 s’observent encore pour les régions adjacentes à Montréal (+ 21 % dans les Laurentides, + 16 % dans Lanaudière et + 16 % en Montérégie). L’Estrie affiche maintenant l’un des taux les plus élevés (+ 17 %).
    • Les régions les plus éloignées des grands centres sont toujours celles pour lesquelles on projette la plus faible croissance, ou parfois même une décroissance, comme c’est le cas pour la Côte-Nord (– 10 %). La région administrative de Montréal (soit l’île de Montréal) se distingue par une croissance projetée très faible d’ici 2041 (+ 3 %), mais si l’on tenait compte de l’ensemble de la région métropolitaine, sa croissance serait identique à la moyenne québécoise (+ 10 %).
    • Le vieillissement de la population demeure plus accentué dans les régions éloignées des grands centres, et le bassin de main-d’œuvre potentielle (les 20-64 ans) pourrait décliner de manière notable d’ici 2041 en Abitibi-Témiscamingue (– 10 %), dans le Bas-Saint-Laurent (– 11 %), au Saguenay–Lac-Saint-Jean (– 12 %), en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (– 14 %) et sur la Côte-Nord (– 22 %).

    Une mise à jour des données par région métropolitaine de recensement (RMR) et par municipalité régionale de comté (MRC) est également disponible. Les données par municipalité seront diffusées au cours des prochains mois. Abonnez-vous aux alertes courriel du site Web de l’Institut de la statistique du Québec pour être informé des prochaines diffusions sur les projections.

    Tableaux de données :

    Relations avec les médias
    Centre d'information et de documentation

    Tél. : 418 691-2401
    ou 1 800 463-4090 (sans frais d'appel au Canada et aux États-Unis)
    Courriel : cid@stat.gouv.qc.ca