• Statistiques
  • L'Institut
  • Enquêtes

    L’amortissement hypothécaire au Québec

    L’endettement hypothécaire a atteint de nouveaux sommets au cours des dernières années. L’effervescence du marché immobilier alimentée par les faibles taux d’intérêt s’est soldée par une hausse marquée de la valeur des emprunts hypothécaires au cours des années 2000. Le phénomène de l’endettement hypothécaire a donc atteint une ampleur dont témoigne l’accroissement du ratio de la dette sur le revenu disponible à plus de 160 %2. Or, cet indicateur rapporte directement la valeur des dettes hypothécaires aux revenus sans tenir compte de la période d’amortissement et de la valeur des actifs immobiliers garantissant l’emprunt. À ce sujet, mentionnons que l’on compte peu d’analyses qui s’intéressent à la dynamique d’amortissement des emprunts hypothécaires.

    Cet article vise précisément à corriger cette situation à partir des résultats québécois de l’Enquête sur la sécurité financière (ESF) de Statistique Canada. Le but poursuivi ici n’est pas d’évaluer la soutenabilité de l’endettement hypothécaire des familles québécoises, mais d’estimer le temps d’amortissement de l’hypothèque sur la résidence principale et de déterminer les principaux facteurs qui ont une incidence sur le phénomène.