• Statistiques
  • L'Institut
  • Enquêtes
    Retour au document

    Enquête québécoise sur le cannabis 2021

    Date de diffusion : 15 octobre 2021

    Enquête québécoise sur le cannabis 2021 (infographie) (PDF, 189 Ko)

    Enquête québécoise sur le cannabis 2021,menée auprès de Québécois de 15 ans et plus, de février à juin 2018, 2019 et 2021

    Version textuelle : Enquête québécoise sur le cannabis (infographie)

    Enquête menée auprès de Québécois de 15 ans et plus, de février à juin 2018, 2019 et 2021.

    Proportion des consommateurs de cannabis au Québec

    Consommation déclarée de cannabis au cours des 12 mois précédant l’enquête

    • 2018 : 14 %
    • 2019 : 16 % (augmentation statistiquement significative)
    • 2021 : 20 % (augmentation statistiquement significative)

    La proportion de consommateurs a augmenté chez les 25 ans et plus et a diminué chez les 15 à 17 ans depuis 2018.

    • 15 à 17 ans : 22 % en 2018, 21 % en 2019, 19 % en 2021 (diminution statistiquement significative)
    • 18 à 24 ans : 36 % en 2018, 38 % en 2019, 40 % en 2021
    • 25 à 34 ans : 26 % en 2018, 29 % en 2019 (augmentation statistiquement significative), 36 % en 2021 (augmentation statistiquement significative)
    • 35 à 54 ans : 12 % en 2018, 15 % en 2019 (augmentation statistiquement significative), 20 % en 2021 (augmentation statistiquement significative);
    • 55 ans et plus : 4 % en 2018, 7 % en 2019 (augmentation statistiquement significative), 8 % en 2021 (augmentation statistiquement significative)

    Types de consommateurs de cannabis en 2021

    Malgré la légalisation et la pandémie de COVID-19, l’enquête n’a pas révélé de changements significatifs dans les types de consommateurs depuis 2018.

    • Moins d’un jour par mois : 40 %
    • Occasionnel (1 à 3 jours par mois) : 19 %
    • Régulier (1 à 6 jours par semaine) : 26 %
    • Quotidien : 15 %

    Les consommateurs de cannabis ont-ils modifié leur consommation en raison de la pandémie de COVID-19?

    • 4 % ont diminué leur consommation
    • 72 % n’ont pas modifié leur consommation
    • 24 % ont augmenté leur consommation

    Modification de la consommation en raison de la pandémie de COVID-19 et détresse psychologique

    Les consommateurs ayant un niveau élevé de détresse psychologique sont plus susceptibles d’avoir augmenté leur consommation en raison de la pandémie de COVID-19.

    Niveau élevé de détresse psychologique : Oui

    • 4 % a diminué sa consommation
    • 62 % n’a pas modifié sa consommation
    • 35 % a augmenté sa consommation (proportion statistiquement plus élevée)

    Niveau élevé de détresse psychologique : Non

    • 3 % a diminué sa consommation
    • 77 % n’a pas modifié sa consommation
    • 20 % a augmenté sa consommation (proportion statistiquement plus élevée)