• Statistiques
  • L'Institut
  • Enquêtes

    Conditions de vie, santé et développement

    Dans le premier texte de ce numéro, les auteurs examinent la relation entre la pauvreté des parents et la santé des bébés de 5 mois en tenant compte de leur état de santé à la naissance et des caractéristiques sociodémographiques maternelles.

    Les données du premier volet de l'Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ELDEQ) révèlent qu'en 1998, environ 28 % des nourrissons vivaient dans des familles dont le revenu était insuffisant. Ces bébés de familles pauvres sont plus souvent malades et cumulent plus de problèmes de santé. Cette relation demeure significative lorsque l'on tient compte des conditions de santé à la naissance (prématuré, retard de croissance intra-utérine et score cumulatif de risque néonatal), de la scolarité de la mère et de sa situation conjugale. Centré sur la position sociale de la famille, le deuxième texte se penche sur les facteurs susceptibles de protéger les enfants de l'adversité liée à un faible statut socioéconomique.

    Trois objectifs y sont poursuivis. D'abord, établir la position sociale de chaque famille dans laquelle vivaient les nourrissons québécois en 1998. Deuxièmement, examiner le lien entre la santé des nourrissons de 5 mois et la position sociale de leur famille, tout en tentant de caractériser les principaux facteurs modulant cette relation.Troisièmement, amorcer une comparaison entre l'influence de la famille et l'influence du quartier sur la santé des enfants.

    Dans l'ensemble, les résultats font état d'un lien étroit entre l'appartenance sociale et l'état de santé des bébés, peu importe les autres facteurs considérés.