• Statistics
  • The Institut
  • Surveys
    Go back to document

    Le concept de santé mentale positive, un aperçu (in French only)

    La santé mentale constitue une dimension essentielle d’un bon état de santé. Pendant longtemps, la bonne santé mentale était déterminée par l’absence de troubles mentaux, mais on considère aujourd’hui qu’il faut également atteindre un état de bien-être mental, sur lequel porte le concept de santé mentale positive. Pour bien évaluer la santé mentale d’une personne, il s’avère donc nécessaire de considérer à la fois les troubles mentaux et la santé mentale positive.

    La santé mentale positive s’attarde aux aspects mentaux positifs de l’être humain et à son potentiel de croissance, comme ses forces et capacités, le bonheur, des qualités telles que la responsabilité, le courage, la créativité et la persévérance, ainsi que les ressources matérielles et sociales qui les favorisent ou les soutiennent. Une personne ayant un niveau élevé de santé mentale positive est dite avoir une santé mentale florissante, et celle en ayant un niveau faible est dite avoir une santé mentale languissante.

    Malgré l’importance de la santé mentale positive et l’intérêt croissant qu’elle suscite, il n’existe pas de consensus sur la façon dont le concept est défini ni même dénommé. Cependant, la plupart des auteurs s’entendent pour dire que la santé mentale positive constitue un phénomène multidimensionnel, caractérisé par la présence d’émotions positives (hédonisme) et un niveau élevé de fonctionnement (eudémonisme).

    Les écrits scientifiques montrent que les troubles mentaux et la santé mentale positive ne sont pas les deux pôles opposés d’un même état, mais qu’ils constituent deux états distincts, quoique reliés. Connaître la prévalence de personnes ayant une santé mentale florissante, modérément bonne ou languissante est une information importante en elle-même. En combinant cette information avec la présence ou l’absence de troubles mentaux, on obtient un portrait complet de la santé mentale de la population.

    Des programmes de promotion et de prévention en santé mentale positive, dont l’ensemble de la population pourrait bénéficier, peuvent être élaborés et appliqués.

    La prévalence et les déterminants de la santé mentale positive

    La prévalence de la santé mentale positive varie grandement selon les groupes d’âge et les régions du monde. Environ 47 % des élèves du secondaire du Québec et 77 % des Canadiens âgés de 15 ans et plus auraient une santé mentale florissante. C’est dire qu’une part importante d’adolescents et d’adultes n’ont pas atteint le niveau optimal de santé mentale positive.

    Plusieurs caractéristiques sont reliées à la santé mentale positive, soit des caractéristiques :

    • sociodémographiques (sexe, âge, scolarité, statut d’emploi, situation économique, statut matrimonial);
    • psychologiques et sociales (troubles mentaux, stress, détresse psychologique, compétences sociales, soutien social);
    • reliées à la santé physique et aux habitudes de vie (activité physique, consommation d’alcool);
    • environnementales (défavorisation du milieu, perception de la condition de l’environnement physique, sentiment d’appartenance au quartier, hostilité de l’environnement).

    La majorité d’entre elles étant modifiables, elles fournissent des cibles potentielles pour infléchir le cours de la santé mentale positive de la population.

    La mesure de la santé mentale positive

    Trois types d’outils de mesure autorapportés sont utilisés pour examiner la santé mentale positive, soit ceux l’évaluant :

    1. à l’aide d’un item unique;
    2. dans sa globalité uniquement;
    3. dans sa globalité et dans ses dimensions ou composantes. Ce dernier type d’outil permet l’examen le plus nuancé de la santé mentale positive.

    Plusieurs outils mesurant la santé mentale positive comportent une dimension émotionnelle, qui comprend les émotions positives ou la stabilité émotionnelle, ainsi que la satisfaction ou l’intérêt à l’égard de la vie. Les outils incluent également une dimension psychologique, qui comprend notamment la compétence, la capacité à établir des relations positives avec autrui et l’acceptation de soi. On y retrouve aussi la croissance personnelle, l’impression que la vie a un sens et l’autonomie. Certains outils de mesure tiennent compte d’une dimension sociale, mais ce qui la compose varie selon les outils.

    Certains outils mesurent la santé mentale positive de manière continue, permettant d’établir des normes (situant le résultat d’un individu par rapport à une population), alors que d’autres classifient les répondants dans une catégorie représentant l’état de la santé mentale positive (p. ex. florissante), permettant d’établir des prévalences.

    Parmi tous les outils mesurant la santé mentale positive, le Mental Health Continuum – Short Form comporte le plus d’avantages. D’autres outils s’avèrent cependant adéquats selon l’information recherchée.