Sorties sans diplôme ni qualification au secondaire

    Au Québec, le taux de sorties sans diplôme ni qualification au secondaire en formation générale des jeunes (FGJ) a évolué à la baisse au cours des 20 dernières années, passant de 22 % pour la cohorte de sortants de 1999-2000 à 14 % pour celle de 2019-2020. La légère hausse observée en 2017-2018 et en 2018-2019 a été suivie d’une légère diminution en 2019-2020.

    Pour chaque année, le taux des garçons est supérieur à celui des filles. L’écart entre les sexes a toutefois diminué au cours des 20 dernières années. Il est de 6 points de pourcentage pour la cohorte de sortants en 2019-2020, soit l’écart le plus faible depuis 1999-2000. Cette réduction s’explique par une diminution du taux plus prononcée chez les garçons (– 12 points de pourcentage) que chez les filles (– 5 points) au cours de la période.

    Notes méthodologiques

    Concepts et définitions

    Le taux de sorties sans diplôme ni qualification correspond à la proportion des élèves sortants du secondaire sans diplôme ni qualification une année donnée et qui sont absents du système scolaire l’année suivante, parmi l’ensemble des élèves sortants de ladite année. Cet indicateur est calculé pour les élèves sortants du secondaire en formation générale des jeunes (FGJ) seulement.

    Les élèves sortants sont :

    • ceux qui obtiennent un diplôme durant l’année scolaire (DES, DEP, ASP et AEP);
    • ceux qui obtiennent une qualification durant l’année scolaire (CFER, ISPJ, AFP, CFMS, CFPT, CFISA, CEES);
    • ceux qui n’ont pas obtenu de diplôme ni de qualification durant l’année et qui sont absents du système scolaire l’année suivante, c’est-à-dire qu’on ne retrouve ni en formation générale des jeunes, ni en formation générale des adultes, ni en formation professionnelle, ni au collégial. Cette catégorie comprend d’autres causes que le décrochage, comme l’émigration, la mortalité et la morbidité.

    Le calcul du taux de sorties sans diplôme ni qualification ne prend donc pas en compte les élèves qui poursuivent leur cheminement scolaire. Il ne permet pas d’isoler le phénomène du décrochage scolaire des autres phénomènes énoncés précédemment (émigration, mortalité et morbidité); c’est pour cette raison que l’usage du terme sorties sans diplôme ni qualification est préférable.

    Dernière mise à jour : 29 novembre 2022