• Statistiques
  • L'Institut
  • Enquêtes
    Retour au document

    La participation au marché du travail de l’ensemble de la population en âge de travailler

    L’emploi a poursuivi sa croissance au Québec au quatrième trimestre de 2020

    En raison de la pandémie, les gouvernements des différentes provinces ont décrété l’état d’urgence sanitaire au mois de mars 2020. L’effet de la crise sanitaire se constatait déjà dans les résultats du premier trimestre de l’année, mais c’est manifestement au cours du deuxième trimestre que le marché du travail, au Québec comme ailleurs au Canada, a subi le contrecoup de la pandémie. Au troisième trimestre, les mesures étaient moins restrictives et le marché du travail au Québec comme ailleurs au Canada a connu une nette amélioration.

    Au quatrième trimestre de 2020, les mesures ont été resserrées. En effet, entre octobre et décembre 2020, les établissements de certains secteurs, dans différents territoires (régions, municipalités, etc.), ont dû ralentir ou cesser leurs activités en raison de ce resserrement. Bien qu’une baisse de l’emploi ait été enregistrée pour deux des trois mois qui composent le dernier trimestre de 2020, l’emploi a tout de même poursuivi sa croissance entre le troisième et le quatrième trimestre de l’année (+ 50 900). Sur une base mensuelle, la croissance de l’emploi a été continue de mai à septembre, ce qui fait que le niveau moyen d’emploi au troisième trimestre de 2020 – tiré vers le bas par les niveaux en juillet et en août – a somme toute été plus faible que celui observé au quatrième trimestre1.

    Figure 1 – Niveaux et variations trimestriels du nombre de personnes en emploi au Québec, population âgée de 15 ans et plus

    Niveaux et variations trimestriels du nombre de personnes en emploi au Québec, population âgée de 15 ans et plus

    Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2020. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Cette croissance de l’emploi a entraîné une baisse du taux de chômage (– 1,4 point de pourcentage) et du nombre de personnes au chômage (– 61 500). Il s’est ajouté 16 000 personnes dans la population en âge de travailler (c’est-à-dire ayant 15 ans ou plus) entre le troisième et le quatrième trimestre de 2020, et 10 700 personnes se sont retirées de la population active, ce qui fait que l’on trouvait 26 700 personnes de plus dans la population inactive québécoise au dernier trimestre de l’année.

    Au quatrième trimestre de 2020, le Québec se situait au deuxième rang sur le plan du rattrapage de l’emploi et affichait le taux de chômage le plus bas de toutes les provinces comparées

    Au quatrième trimestre de 2020, 4 208 900 personnes occupaient un emploi au Québec, un nombre correspondant à 97,5 % du niveau observé au dernier trimestre de 2019 (c’est-à-dire avant la pandémie), ce qui signifie que l’on comptait 109 900 personnes de moins en emploi.

    Le nombre d’emplois à temps plein a progressé entre le troisième et le quatrième trimestre de 2020, pour se fixer à 98,5 % du niveau d’avant la pandémie (– 54 000 emplois). En revanche, le nombre d’emplois à temps partiel s’est replié entre ces deux trimestres, pour se situer à 93,1 % du niveau enregistré lors du dernier trimestre de 2019 (– 55 900 emplois).

    Figure 2 – Ratio du nombre de personnes en emploi au quatrième trimestre de 2020 par rapport à celui au quatrième trimestre de 2019, population âgée de 15 ans et plus, ensemble du Canada et provinces

    Ratio du nombre de personnes en emploi au quatrième trimestre de 2020 par rapport à celui au quatrième trimestre de 2019, population âgée de 15 ans et plus, ensemble du Canada et provinces

    Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2020. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    En comparaison avec les autres provinces, le Québec arrivait au deuxième rang sur le plan de la récupération des emplois dans l’ensemble et des emplois à temps plein au quatrième trimestre  de 2020, se classant juste après les provinces de l’Atlantique (où les ratios étaient respectivement de 99,0 % et de 98,9 %). Il affichait des ratios assez comparables à ceux des autres provinces dans certains cas, et se situait au-dessus de la moyenne canadienne (97,1 % pour l’emploi total et 97,4 % pour l’emploi à temps plein).

    Parmi les personnes en emploi, la proportion de celles n’ayant travaillé aucune heure ou ayant travaillé moins de la moitié de leurs heures était de 6,6 % au Québec au dernier trimestre de 2020, comparativement à 4,8 % avant la pandémie, ce qui signifie que 70 900 personnes de plus se trouvaient dans l’une ou l’autre de ces situations au quatrième trimestre de 2020 (+ 108 100 personnes au troisième). La proportion pour l’ensemble du Canada était de 6,8 %, par rapport à 4,7 % avant la pandémie.

    Au quatrième trimestre de 2020, le Québec comptait 86 600 personnes de plus au chômage qu’au même trimestre de 2019. Le taux de chômage, qui était de 5,3 % avant la pandémie, s’est établi à 7,2 % au quatrième trimestre de 2020, une hausse de 1,9 point de pourcentage.

    Le Québec affichait le plus bas taux de chômage (7,2 %) au Canada au quatrième trimestre de 2020. Il était suivi de la Colombie-Britannique (7,5 %). Il n’y a que les provinces de l’Atlantique (+ 1,0 point) qui ont connu une augmentation moins importante que le Québec (+ 1,9 point) du taux de chômage entre le quatrième trimestre de 2019 et celui de 2020. Cela dit, ce sont ces provinces qui affichaient le taux de chômage le plus élevé de tout le Canada lors de ces deux périodes (elles arrivaient toutefois ex aequo avec les Prairies au dernier trimestre de 2020).

    Figure 3 – Taux de chômage, quatrièmes trimestres de 2019 et de 2020, population âgée de 15 ans et plus, ensemble du Canada et provinces

    Taux de chômage, quatrièmes trimestres de 2019 et de 2020, population âgée de 15 ans et plus, ensemble du Canada et provinces

    Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2020. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

    Les 86 600 personnes de plus au chômage au Québec étaient à la fois des personnes mises à pied temporairement (+ 52 200) et des chercheurs d’emploi (+ 34 200). Au dernier trimestre de 2020, les personnes mises à pied temporairement représentaient 23,2 % des personnes au chômage au Québec (15,8 % au Canada), alors que la proportion était de 9,9 % avant la pandémie (9,2 % au Canada).

    En parallèle, la population inactive québécoise – soit celle qui n’est ni en emploi ni au chômage – a augmenté de 2,9 % (la hausse a varié entre 0,5 % et 4,5 % dans les autres provinces). Sur les 72 000 personnes inactives de plus, près de 9 % (6 400) désiraient travailler, mais n’avaient pas cherché d’emploi pour divers motifs. La proportion varie selon les provinces : dans certaines, l’ensemble des personnes qui se sont ajoutées à la population inactive désiraient travailler.

     

    1 Voir : INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC (2021). Ligne du temps : événements liés à la pandémie et leurs effets sur les indicateurs de l’emploi au Québec, [En ligne]. [statistique.quebec.ca/fr/document/les-effets-de-la-pandemie-de-covid-19-sur-le-marche-du-travail-au-quebec/figure/ligne-du-temps-evenements-lies-a-la-pandemie-et-leurs-effets-sur-les-indicateurs-de-l-emploi-au-quebec].