• Statistiques
  • L'Institut
  • Enquêtes
    Retour au document

    Faits saillants - Comment évolue la participation au marché du travail en temps de pandémie au Québec et ailleurs au Canada? Premier trimestre 2021

    Au premier trimestre de 2021, au Québec :

    Le marché du travail a été affecté par le resserrement des mesures
    • Le nombre de personnes en emploi s’est replié de 23 100 par rapport au dernier trimestre de 2020.
    • Le nombre de personnes en emploi correspondait à 96,9 % de celui au quatrième trimestre de 2019, soit avant la pandémie[1], ce qui signifie que l’on en comptait 133 000 de moins.
    • Ce ratio était plus bas que celui noté à l’échelle canadienne (97,3 %). Il s’agissait aussi d’un recul par rapport au trimestre précédent, au cours duquel 97,5 % des emplois avaient été récupérés.
    • Le taux de chômage s’est fixé à 7,2 %, soit le taux le plus bas parmi ceux des provinces à l’étude[2]. Il était de 5,3 % au quatrième trimestre de 2019.
    • Il y avait 82 900 personnes de plus au chômage et 110 100 personnes de plus dans la population inactive.

    [1] Dans l’analyse, l’expression « avant la pandémie » fait référence au quatrième trimestre de 2019.

    [2] Les provinces des Prairies et celles de l’Atlantique ont été regroupées pour l’analyse.

    Tant chez les hommes que chez les femmes, c’est principalement l’emploi à temps partiel qui a subi le contrecoup de la pandémie
    • Le recul de l’emploi total par rapport au dernier trimestre de 2019 s’explique essentiellement par le nombre d’emplois à temps partiel (ratio de 86,3 %). Le nombre d’emplois à temps plein, quant à lui, était près[3] de celui observé avant la pandémie (ratio de 99,4 %).
    • L’emploi chez les femmes s’est fixé à 95,6 % du niveau d’avant la pandémie, soit le ratio le plus bas au Canada (mais comparable à celui en Ontario, où il s’est établi à 95,7 %). On comptait ainsi 90 000 travailleuses de moins.
    • Le nombre d’emplois à temps plein chez les femmes était comparable à celui au quatrième trimestre de 2019 (ratio de 99,8 % – l’un des plus élevés au Canada). Le ratio était de 82,5 % pour l’emploi à temps partiel, soit le plus bas au Canada.
    • Le nombre d’hommes en emploi se situait à 98,1 % de celui d’avant la pandémie (on comptait donc 43 100 travailleurs de moins).
    • Le nombre d’emplois à temps plein chez ces derniers était proche du niveau d’avant la pandémie : le ratio, qui s’est élevé à 99,0 %, était l’un des plus élevés au Canada. Le ratio était de 92,3 % pour l’emploi à temps partiel, et il s’agissait de l’un des plus bas au pays.
    • Le taux de chômage des femmes s’est fixé à 6,6 % (+ 1,9 point de pourcentage comparativement au quatrième trimestre de 2019) et celui des hommes, à 7,7 % (+ 1,9 point).

    [3] La différence entre le nombre d’emplois au premier trimestre de 2021 et celui au quatrième trimestre de 2019 est statistiquement non significative au seuil de confiance de 68 %. Voir les notes méthodologiques qui accompagnent l’analyse pour plus de précision.

    L’emploi des jeunes plus touché, comme dans les autres provinces
    • Le nombre de jeunes (15-24 ans) en emploi équivalait à 86,9 % de celui d’avant la pandémie, ce qui signifie que l’on en comptait 78 100 de moins. C’était le ratio le plus bas au Canada.
    • L’emploi des jeunes était plus affecté que celui des personnes des autres groupes d’âge, un constat semblable à celui fait pour les autres provinces.
    • Le rattrapage de l’emploi dans l’ensemble était plus important chez les jeunes hommes (89,4 %) que chez les jeunes femmes (84,4 %), mais ces dernières affichaient un rattrapage plus important sur le plan de l’emploi à temps plein (ratio de 95,6 % c. 92,0 %).
    • Le taux de chômage des jeunes s’est fixé à 14,0 %, comparativement à 8,8 % avant la pandémie. Il s’agissait du plus bas taux de chômage au Canada pour ce groupe d’âge.
    Chez les 25-54 ans, le nombre d’emplois à temps plein était identique à celui d’avant la pandémie
    • Le nombre d’emplois chez les 25-54 ans correspondait à 99,1 % de celui d’avant la pandémie, ce qui veut dire que l’on comptait 25 900 personnes de moins en emploi. Le ratio se situait entre 97,4 % et 99,7 % dans les autres provinces.
    • Le ratio pour l’emploi à temps plein était de 100,0 %, alors qu’il s’est établi à 90,3 % pour l’emploi à temps partiel.
    • Les ratios pour ce qui est de l’emploi total étaient respectivement de 99,4 % et de 98,7 % chez les hommes et les femmes de 25 à 54 ans.
    • Le taux de chômage des 25-54 ans s’est fixé à 5,8 %, comparativement à 4,6 % avant la pandémie. Il s’agissait du plus bas taux de chômage au Canada pour ce groupe d’âge.
    Le nombre d’emplois à temps plein était près du niveau d’avant la pandémie chez les 55 ans et plus
    • Le niveau d’emploi chez les 55 ans et plus équivalait à 96,9 % de celui d’avant la pandémie (– 29 100 personnes en emploi). C’est du côté de l’emploi à temps partiel que l’on observait encore un rattrapage à faire (ratio de 88,4 %).
    • Chez les 55 ans et plus, le nombre d’emplois était plus bas qu’avant la pandémie chez les femmes (ratio de 93,7 %), tandis qu’il se situait pratiquement au même niveau chez les hommes (ratio de 99,4 %).
    • En comparaison avec les autres provinces, le rattrapage à faire chez les 55 ans et plus en ce qui concerne l’emploi total était plus important, une situation qui s’explique essentiellement par le rattrapage moins important observé du côté de l’emploi à temps partiel.
    • Le taux de chômage des 55 ans et plus s’est fixé à 7,1 %, alors qu’il se situait entre 6,4 % et 10,9 % dans les autres provinces.