• Statistics
  • The Institut
  • Surveys
    Go back to document

    Dépenses, avoirs et dettes (in French only)



    Définition(s)

     

    • A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

    A

    C

    • COMPOSITION DE L’AVOIR TOTAL ET DE LA DETTE TOTALE DES UNITÉS FAMILIALES
      • Rapport, établi dans la population de référence et exprimé en pourcentage, entre la valeur totale d’un avoir ou d’une dette et la valeur totale de l’ensemble des avoirs ou des dettes.

    D

    • DETTES
    • DOLLARS DE 2016 (CONVERSION EN DOLLARS CONSTANTS)
      • La conversion en dollars constants consiste à exprimer un montant (un avoir, une dette ou l’avoir net) d’une année donnée selon le pouvoir d’achat d’une année de référence, nommée « année de base ». Ce genre de conversion a pour but d’éliminer les effets des changements de prix généraux, afin d’assurer que les estimations de deux années différentes expriment un pouvoir d’achat similaire.
      • L’indice des prix à la consommation (IPC) d’ensemble pour le Québec a été utilisé pour cet ajustement, et les montants (des avoirs, des dettes et de l’avoir net) sont exprimés en dollars constants de 2016.

    M

    • MESURES DE PRÉCISION
      • Les estimations présentées dans les tableaux s’accompagnent de mesures de précision, c’est-à-dire de cotes relatives aux coefficients de variation (CV) et, pour les tableaux Excel à télécharger, des intervalles de confiance (IC) à 95 %.
      • Les estimations comportant un CV supérieur à 33 % ne peuvent être diffusées, car elles sont peu fiables.
      • Toutes ces mesures de précision tiennent compte du plan de sondage de l’enquête. Pour ce faire, la méthode d’autoamorçage (en anglais bootstrap) a été utilisée à partir de l’ensemble des 1 000 poids répliques accompagnant les données.
      • Pour tous les indicateurs à l’exception de la « proportion des unités familiales détenant l’avoir ou la dette » (voir la rubrique du même nom), les bornes inférieures et supérieures d’un IC constituent respectivement la 25e et la 975e statistique d’ordre de l’ensemble des répliques. Pour l’indicateur « proportion des unités familiales détenant l’avoir ou la dette », la méthode « logit transformation » a été utilisée pour le calcul de cet IC (RTI, 2012, p. 363-364)[1].

    N

    • NIVEAU DE SCOLARITÉ DU PRINCIPAL SOUTIEN DE L’UNITÉ FAMILIALE
      • Il s’agit du plus haut niveau de scolarité atteint par le principal soutien.
        • Primaire ou secondaire : diplôme d’études secondaires ou scolarité inférieure
        • Professionnel ou collégial : certificat ou diplôme postsecondaire non universitaire.
        • Universitaire : certificat ou diplôme universitaire.
    • NOMBRE D’UNITÉS FAMILIALES DÉTENANT L’AVOIR OU LA DETTE
      • Une unité familiale détient un avoir ou une dette lorsque le montant de cet avoir ou de cette dette est différent de zéro. Le nombre d’unités familiales détenant l’avoir ou la dette est donc la somme de toutes les unités familiales de la population de référence pour lesquelles ce montant est différent de zéro.

    P

    • PROPORTION DES UNITÉS FAMILIALES DÉTENANT L’AVOIR OU LA DETTE
      • Une unité familiale détient un avoir ou une dette lorsque le montant de cet avoir ou de cette dette est différent de zéro. La proportion d’unités familiales détenant l’avoir ou la dette est donc le rapport, exprimé en pourcentage, entre la somme de toutes les unités familiales de la population de référence pour lesquelles ce montant est différent de zéro et la somme de toutes les unités familiales de cette même population de référence.
    • PRINCIPAL SOUTIEN DE L’UNITÉ FAMILIALE
      • Dans chaque famille économique (voir la rubrique « UNITÉ FAMILIALE » pour une définition de la famille économique), la personne qualifiée de principal soutien économique est celle dont le revenu avant impôt est le plus élevé. Dans le cas des personnes dont le revenu total avant impôt a une valeur négative, la valeur absolue du revenu s’applique pour refléter le fait qu’une telle valeur négative découle habituellement de pertes encourues sur le marché et qui ne sont pas censées se reproduire. Dans les rares cas où deux personnes touchent exactement le même revenu, le plus âgé est considéré comme le principal soutien économique.

    Q

    • QUINTILES
      • Le quintile, à l’instar de la notion plus générale de centile, renvoie à la position occupée dans une distribution des fréquences.
      • La limite quintile est obtenue en classant d’abord, pour le groupe référence considéré (ici l’ensemble des unités familiales du Québec), les valeurs de toutes les unités du groupe sur la variable d’intérêt de la plus faible à la plus élevée, et ensuite, en choisissant la valeur sous laquelle 20 % (limite inférieure), 40 % (deuxième limite), 60 % (troisième), 80 % (quatrième) et 100 % (limite supérieure) des effectifs se trouvent.
      • Le quintile comme tel est associé au segment compris entre deux limites quintiles. Le premier segment comprend les unités dont les valeurs sont inférieures à la limite quintile inférieure (20 %), le deuxième segment, les unités pour lesquelles ces valeurs sont situées entre la limite quintile inférieure et la seconde limite quintile, et ainsi de suite. Au total, on obtient cinq segments.
      • Pour la délimitation de chaque quintile, une méthode de redistribution des poids a été utilisée, faisant en sorte que chaque quintile contient exactement 20 % des unités familiales.
    • QUINTILES DE REVENU APRÈS IMPÔT DE L’UNITÉ FAMILIALE
      • La variable utilisée pour le classement des unités familiales est le revenu après impôt de ces unités. Voir la rubrique « QUINTILES » pour la définition des quintiles.
    • QUINTILES D’AVOIR NET DE L’UNITÉ FAMILIALE
      • La variable utilisée pour le classement des unités familiales est l’avoir net de ces unités. Voir la rubrique « QUINTILES » pour la définition des quintiles.

    T

    • TAILLE DE LA RÉGION DE RÉSIDENCE DE L’UNITÉ FAMILIALE
      • Taille ajustée de la région de résidence de l’unité familiale
        • Hors AR/RMR ou AR de moins de 30 000 habitants : l’unité familiale est située soit à l’extérieur d’une agglomération de recensement (AR) et d’une région métropolitaine de recensement (RMR), soit dans une AR de moins de 30 000 habitants.
        • AR/RMR de 30 000 à 499 999 habitants : l’unité est située dans une AR de 30 000 à 99 999 habitants ou dans une RMR de 100 000 à 499 999 habitants.
        • RMR d’au moins 500 000 habitants : l’unité est située dans une RMR d’au moins 500 000 habitants.

        Les territoires hors AR/RMR peuvent comprendre des régions urbaines (c.-à-d. des « centres de population »), généralement de moins de 10 000 habitants, ou des régions rurales. Les territoires à l’intérieur d’une AR/RMR peuvent comprendre aussi des régions rurales, en plus des régions urbaines.

        Les limites géographiques du Recensement de 2016 ont été utilisées pour l’année de référence 2016; celles du Recensement de 2006 pour 2012; celles du Recensement de 2001 pour 2005; et enfin, celles du Recensement de 1991 pour 1999.

    • TYPE D’UNITÉ FAMILIALE
      • Personne hors famille : Personne qui vit seule ou avec d’autres personnes avec lesquelles elle n’a aucun lien de parenté (comme par exemple, un compagnon ou une compagne de chambre ou un pensionnaire).
      • Couple sans enfants : Couple vivant sans enfants (naturels, par adoption, par alliance ou en famille d’accueil) ni d’autres personnes apparentées.
      • Couple avec enfants : Couple vivant avec un ou des enfants (naturels, par adoption, par alliance ou en famille d’accueil) âgés de moins de 18 ans. D’autres personnes apparentées peuvent aussi être incluses.
      • Famille monoparentale : Un seul parent, lequel est le principal soutien économique, vivant avec au moins un enfant âgé de moins de 18 ans. D’autres personnes apparentées peuvent aussi être incluses. Les familles dont le parent est âgé de 65 ans ou plus sont exclues.
      • Autres types de famille : Toute autre famille économique qui n’est pas incluse dans les types de familles suivants : couples sans enfants, couples avec enfants et familles monoparentales.

    U

    • UNITÉ FAMILIALE
      • Une unité familiale se compose soit d’une « famille économique », soit d’une « personne hors famille économique ». La famille économique renvoie à un groupe de deux personnes ou plus qui habitent dans le même logement et qui sont apparentées par le sang, par alliance, par union libre ou par adoption. Toute personne qui ne fait pas partie d’une famille économique est considérée comme une personne hors famille économique.

    V

    • VALEUR MÉDIANE POUR LES UNITÉS FAMILIALES DÉTENANT L’AVOIR OU LA DETTE
      • Une unité familiale détient un avoir ou une dette lorsque le montant de cet avoir ou de cette dette est différent de zéro. La valeur médiane est calculée parmi les unités qui détiennent cet avoir ou cette dette.
      • La médiane correspond à la valeur où la moitié des unités ainsi retenues ont une valeur qui y est inférieure (ou égale) et l’autre moitié, une valeur supérieure.
    • VALEUR MOYENNE POUR LES UNITÉS FAMILIALES DÉTENANT L’AVOIR OU LA DETTE
      • Une unité familiale détient un avoir ou une dette lorsque le montant de cet avoir ou de cette dette est différent de zéro. La valeur moyenne est calculée parmi les unités qui détiennent cet avoir ou cette dette.
      • La moyenne ordinaire (ou moyenne arithmétique) est utilisée.
    • VALEUR TOTALE DE L’AVOIR OU DE LA DETTE DES UNITÉS FAMILIALES
      • La valeur totale d’un avoir ou d’une dette est la somme, établie dans la population de référence, des valeurs de toutes unités familiales correspondant à cet avoir ou cette dette.

    Information(s) utile(s)


    [1]Research Triangle Institute (2012), SUDAAN Language Manual, Volumes 1 and 2, Release 11, Caroline du Nord, Research Triangle Institute, 1396 p.